Document
notice



Format texte
Page précédente
Page suivante



L’ordre du Bon Temps

Les premiers hivers des Français en Acadie furent très pénibles et coutèrent la vie à plusieurs hommes. On n'a qu’à penser au premier hiver à l’Île Sainte-Croix en 1604-1605 où plus d’une trentaine d’hommes de la compagnie du sieur de Mons périrent du scorbut. Les hivers à Port-Royal furent moins rigoureux, mais quand même longs et ennuyants.

Afin d’égayer l’ambiance et créer un plus grand esprit de corps entre les membres de l’état-major du sieur de Poutrincourt, seigneur de Port-Royal, Samuel de Champlain eut l’idée de créer « l’ordre de Bon-Temps » durant l’hiver 1606-1607.

Tour à tour, les membres de la petite élite de Port-Royal devaient préparer un repas gastronomique pour leurs confrères, repas fruit de leur chasse et de leur pêche dans le riche environnement naturel acadien qui abondait en gibier et en poissons de différentes espèces. De temps en temps, le sagamo Membertou et ses proches étaient aussi invités à partager le festin au cours duquel le responsable de la soirée entrait cérémonieusement dans la salle principale de l’Habitation en portant au cou le collier de l’Ordre qu’il tendait au futur hôte de la prochaine soirée. Dans l’actuelle Habitation reconstruite, aujourd’hui un lieu historique national du Canada, on peut facilement imaginer l’ambiance de ces soirées. Le gouvernement de la province de la Nouvelle-Écosse a redonné vie à l’ordre du Bon Temps et il est possible d’en devenir membre.



Voir description de « l'ordre de Bon Temps » :

Samuel de Champlain dans : BIGGAR, H. P. (éd.) The Works of Samuel de Champlain : vol. I, Toronto, University of Toronto Press, 1922, p. 447-448.

Marc Lescarbot dans : LESCARBOT, Marc. Histoire de la Nouvelle-France, vol. 2, nouv. éd., Paris, Librairie Tross, 1866, p. 553-555.



Format texte
Page précédente
Page suivante




Source : Équipe de production