Document
notice



Format texte
Page précédente
Page suivante



Les nombreuses vies de Champlain
ou comment devenir immortel en prenant la place de son patron?

En 2004, Samuel de Champlain sera servi à toutes les sauces et possiblement de manière encore plus grandiose que lors du tricentenaire de son arrivée à Saint-Jean au Nouveau-Brunswick en 1904 ou celui encore plus mémorable de la fondation de Québec en 1908. En fait, Samuel de Champlain est commémoré, célébré et fêté dans plusieurs de ses incarnations, c’est-à-dire le cartographe, le géographe, l’explorateur, le découvreur, le « père de la Nouvelle-France », le fondateur de la ville de Québec, le soldat victorieux des Iroquois, l’initiateur de la grande alliance entre Français et Amérindiens Hurons-Wendats ou encore le porte-flambeau du catholicisme au Nouveau Monde à une époque longtemps qualifiée « d’héroïque ».

Dans le contexte de l’histoire acadienne, les historiens ont contribué à immortaliser Samuel de Champlain en procédant à une usurpation au détriment du sieur Pierre Dugua de Mons. En effet, c’est bien le sieur de Mons qui a obtenu du roi Henri IV en novembre 1603 au château de Fontainebleau, la commission de lieutenant général « des côtes, terres et confins de l’Acadie, du Canada et autres lieux en Nouvelle-France ». C’est encore le sieur de Mons qui a dirigé l’expédition de 1604 et a vu à l’établissement de la première habitation des Français à l’Île Sainte-Croix cette même année. C’est également lui qui ordonna la démolition des bâtiments de l’Île Sainte-Croix au printemps 1605 et leur transport pour l’édification d’une nouvelle Habitation à Port-Royal.

Malgré un leadership établi et reconnu, les historiens et même la mémoire collective des francophones d’Amérique ont fait peu de place au souvenir du sieur de Mons. Peut-être ne lui a-t-on jamais pardonné le fait qu’il était huguenot? Le père de la Nouvelle-France ne pouvait quand même pas être un calviniste! Et il faut bien ajouter que le sieur de Mons est repassé en France dès 1605 alors que Samuel de Champlain est devenu un grand habitué des lacs, rivières et forêts de la Nouvelle-France. Même si le sieur de Mons a continué à s’intéresser activement à la Nouvelle-France jusqu’au début des années 1620, c’est bien Samuel de Champlain, en réalité son subalterne dans la très stricte hiérarchie du 17e siècle français, qui l’a éclipsé et qui a profité, à titre posthume, d’une extraordinaire ascension sociale. Les volumineux écrits de Samuel de Champlain ne furent évidemment pas étrangers à sa mobilité sociale ascendante.

Le souvenir du sieur de Mons est presque disparu en Acadie contemporaine. Comme au Québec et en Ontario, le personnage de Samuel de Champlain, dans toutes ses incarnations, occupe l’essentiel de l’espace réel et imaginaire. L’Habitation de Port-Royal, construite en 1605 sous les ordres du sieur de Mons, est maintenant à jamais liée à Samuel de Champlain. Ne parle-t-on pas de l’Habitation de Champlain à Port-Royal? Le plus grand centre commercial des provinces de l’Atlantique, situé dans la ville de Dieppe, dans le sud-est du Nouveau-Brunswick, porte fièrement le nom de Place Champlain et sa statue trône majestueusement au coeur de la ville de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick. Et que dire de la ville de Moncton qui compte une école élémentaire de langue française appelée « École Champlain », et une bibliothèque universitaire qui porte également le nom du célèbre cartographe. Nulle part la trace du sieur de Mons, autre que sur de vieilles plaques commémoratives et un buste au Fort Anne à Annapolis-Royal en Nouvelle-Écosse.

Samuel de Champlain aura toujours voulu être gouverneur de Nouvelle-France, titre qu’il ne reçut jamais de son vivant. C’est dans l’au-delà que notre ambitieux géographe allait pouvoir assoiffer son désir de prestige social. Qui aujourd’hui se souvient de Charles de Bourbon, comte de Soissons, lieutenant général du roi Louis XIII pour la Nouvelle-France?



Maurice Basque
Directeur
Études acadiennes
Université de Moncton
basquem@umoncton.ca




Format texte
Page précédente
Page suivante




Source : Équipe de production