Axe 1 : édition 1 > Document






Pierre Dugua, sieur de Mons (vers 1558 - 1628)

C'est en 1603 que le roi Henri IV de France décerne à Pierre Dugua, sieur de Mons le titre de lieutenant général « des côtes, terres et confins de l'Acadie, du Canada et autres lieux en Nouvelle-France ». Ce titre garantit à de Mons le monopole de la traite des fourrures sur ce territoire, mais l'oblige aussi à y établir une soixantaine de colons par an, en plus de gagner les Amérindiens à la foi chrétienne. De Mons, qui avait établi pour financer son expédition une compagnie de traite avec des marchands de La Rochelle, de Rouen, de Saint-Jean-de-Luz et de Saint-Malo, lève les voiles sur le Nouveau Monde au printemps 1604. Il est entre autres accompagné de Samuel de Champlain, de Jean de Biencourt de Poutrincourt, de François Dupont-Gravé, d'un prêtre catholique et d'un pasteur protestant, l'expédition comprenant deux navires faisant voile vers l'Acadie et deux autres devant aller dans la région de Tadoussac pour commercer avec les Amérindiens.

De Mons atteint La Hève, à l'est de la Nouvelle-Écosse actuelle, le 8 mai 1604. À la recherche d'un endroit où établir une habitation, la flottille remonte la côte jusqu'à la baie Française, où l'on visite Port-Royal, pour finalement accoster vers la fin juin à l'Île Sainte-Croix, qui possédait les qualités désirées pour la défense de la nouvelle colonie. Cependant, de Mons et ses compagnons n'avaient pas prévu les rigueurs du premier hiver : ils font face à la neige très tôt et sont rapidement coupés de la terre ferme à cause de la glace mouvante qui s'était formée autour de l'île. Leurs seules provisions ne suffiront pas à bien les alimenter et près de 35 hommes sur les 80 présents meurent des suites du scorbut. Dès l'été suivant, de Mons déplace la colonie à Port-Royal, qui devient ainsi le premier établissement permanent en Nouvelle-France.

En septembre 1605, de Mons repart en France car son monopole est menacé par la précarité financière de sa compagnie de traite. L'année suivante, il envoie un nouveau groupe d'hommes en Acadie, dont Marc Lescarbot et Charles de Biencourt. C'est le père de ce dernier, Jean de Biencourt de Poutrincourt, qui commande l'expédition et qui dirige la colonie en l'absence du sieur de Mons.

En 1607, les marchands de Saint-Malo et certaines corporations de Paris exercent des pressions auprès du roi Henri IV et réussissent à faire annuler le monopole du sieur de Mons : Poutrincourt et les autres, restés en Acadie, doivent rentrer en France. De Mons réussit cependant à faire prolonger son monopole d'un an en promettant de redoubler ses efforts de colonisation. Il envoie donc un bateau à Port-Royal, un autre vers l'embouchure du Saint-Laurent et un dernier, qui marquera l'histoire, à Québec. Son monopole n'est cependant pas renouvelé et ses droits sont cédés, en 1611, à Antoinette de Pons, marquise de Guercheville, dont le capital est mis au service des Jésuites pour l'évangélisation des Amérindiens. De Mons participera cependant encore activement au commerce des fourrures au Canada jusqu'en 1617, date à laquelle il se retire dans son château des Ardennes.