page



ANDOSSER
- 32 -
AOUAINE

grain que le faucheur, à chaque enjambée, coupe et met en rangée d'un coup de faux. Le mot ne se trouve pas dans la première édition de l'Académie. Dans la dernière, celle de 1878, il est donné comme ne s'appliquant qu'au foin de pré: «Quand le foin est beau, trois andains font une rante; quand il est clair, il en faut cinq et quelquefois sept».
   Les Acadiens de la Baie-des-Chaleurs disent: un landain de foin pour une petite lisière de foin.
   En très vieux français, andain se disait pour l'espace qu'on pouvait enjamber d'un pas. Du latin andana, paraît-il.

   ANDOSSER. Enrayer: andosser une planche, tracer le premier sillon.

   ANGLAIS. Toute personne de langue anglaise qu'elle soit native d'Angleterre, du Canada ou d'ailleurs. Il est surprenant que l'Académie n'ait pas recueilli ce mot-là.

   ANGLIFIER. On dit angliciser en France. Devenir anglais: Notre langue s'anglifie; N'allons pas nous anglifier; Il ne parle plus français, il est anglifié. Anglifier me paraît préférable à angliciser.

   ANGRUCHER. Accroché, pris, suspendu, dans les branches d'un arbre.
   Peletier (XVIe siècle) propose qu'on admette ce terme dans la langue écrite. Un caprice le fit rejeter, probablement parce qu'il était Manceau, c.-à-d. du Mans.

   ANICROCHES. Bévues, choses incohérentes, mal faites. Ce mot appartient à l'argot. On trouve hanierochement dans Rabelais.

   ANIMAU. Animal: Voilà un bel animau. En Saintonge et dans plusieurs autres départements de France, on dit également animau au lieu de animal, au singulier.
   Animaux, au pluriel, signifie bétail, boeufs et vaches: soigner les animaux; Il a beaucoup d'animaux dans sa grange. Les paysans français disent plutôt, dans ce cas-ci, les bêtes. Nous disons aussi: bêtes à cornes.

   ÂNIS. L[e] â est long et prend un accent circonflexe: ânis. Mais nous disons anisette, avec un a bref.

   ANNÉE QUI VIENT (L'). Je crois bien que l'on dit, en France comme ici, l'année qui vient pour l'année prochaine, mais je ne trouve pas cette locution à l'Académie: «Je crois que l'année qui vient je prescherai encore une foys la croisade». (RABELAIS).

   ANONYMAT. Nos journalistes disent anonymat pendant que ceux de France disent anonymie. Ni l'un ni l'autre mot ne se trouve à l'Académie, pas plus d'ailleurs que chez le peuple.

   ANRAYER ou ENRAYER. Les laboureurs disent anrayer une planche pour tracer un premier sillon. Le vieux français avait arroier pour tracer une raie, une ligne droite.

   ANSEMENT. Même, mêmement, seulement: Je n'ai pas ansement un sou dans ma poche.
   On trouve le mot très fréquemment dans les auteurs anciens, mais avec un sens qu'il ne m'a pas toujours été possible de préciser: «Si comme li encens est mis au feu de l'encensoir pour monter la fumée au ciel, à Deu, ansement monte ce ciel, à Deu la prière du bon chrestien». (Traduction de la Bible, XVe siècle).

   ANVALER. Peut-être devrait-on écrire envaler. Avaler, c'est l'introduc-tion d'un n adventice dans le corps d'un mot. Il existe un nombre assez considérable de ces n adventices dans la vieille langue: prins pour pris, ainsin pour ainsi, etc.

   AOUAINE. Avoine. Le vieux fran-




Source : POIRIER, Pascal. Le Glossaire acadien, édition critique établie par Pierre M. Gérin, Moncton, Éditions d'Acadie; Moncton, Centre d'études acadiennes, 1993, 500 p.