page



AUJORD'HUI
- 47 -
AUSSI

dans le rapport qu'ils font des assemblées publiques. C'est aujourd'hui une faute grave, devant laquelle les puristes, les grammairiens et les Quarante de l'Académie se voilent la face.
   Au temps jadis, audience, du latin audientia, se disait très bien pour auditoire. Voltaire l'emploie et aussi Bossuet, dans l'Oraison funèbre d'Anne de Gonzague, [Oraisons funèbres]: «Un prince aussi grand que celui qui honore cette audience».
   L'Académie s'embrouille un peu dans la définition qu'elle donne de ces deux mots.

   AUJORD'HUI. Aujourd'hui. C'est un des exemples, assez rares, ou l'o antique s'est allongé en ou à l'Académie. Nous avons conservé l[e] o primitif. Ici, ce sont les Français qui chousent. On disait jor, aujord'hui, ajorner dans l'ancienne langue, comme les Acadiens le disent. Les Champenois disent aussi aujord'hui.

   AULNE. Les anciens, aux Îles-Madeleine et à l'Île-du-Prince-Édouard, mesurent encore l'indienne à l'aulne, comme on le faisait autrefois en France. L'aulne est un peu plus qu'une verge, soit 3 pieds 7 pouces environ.

   AURAS, ARAS. Auprès. Puisque auprès s'écrit en un seul mot, je ne vois pas pourquoi auras ne s'écrirait pas de même. Nous employons indifféremment l'une et l'autre locution: auras l'eau; au ras l'église; à ras terre.
   À l'Académie, au ras (en deux mots) est suivi de la préposition de: au ras de l'eau; mais à ras se dit comme ici à ras l'eau: Cette embarcation est à ras l'eau. Cette dernière manière est plus conforme aux habitudes de l'ancienne langue. En tout cas, dans les adverbes similaires, les écrivains de jadis et, dans quelques cas ceux d'aujourd'hui, sous-entendent le de, signe du génitif latin: «Il manjoit delez moi», pour à côté de moi; «Il vous faisoit seoir entour li», pour
autour de lui, (JOINVILLE); ou encore: «Delez Poitiers», près de Poitiers, (idem); «Jouxte la croix», (juxta crucem), auprès de la croix; «Il fut nourri en enfance hors ta maison du père». ([D']AUBIGNÉ, Mémoires). On a dit en France: «Emmi le peuple»: au milieu du peuple; Corneille écrit: «Delà les mers». Malgré moi est un autre exemple de la suppression du de.
   Le retranchement de la préposition de se retrouve dans près Montréal, par delà les mer, parmi le peuple que la langue a conservé. C'est ce qui justifie un Acadien de s'asseoir auras le feu au lieu de auras du feu et, s'il est jeune et bien accueilli, auras une jeune fille.

   AUSSI. Se prononce aujourd'hui en France, ossi. Nous disons quelquefois aussi pour non plus, pourtant, comme dans ces vers de C. Marot (Epigrammes): «Or ça, dit-il, tendre rosée, / Vous ai-je fait du mal ainsi? / A donc, répondit l'espousée, / Je ne vous ai pas mors aussi».
   Aussi suivi de comme. Pareille locution est condamnée par les grammairiens, c'est aussi.. que qu'il faut dire: Il est aussi grand que vous et non pas comme vous. Soit, d'accord. Cela n'empêche pas Joinville d'écrire: «Je le crois fermement, aussi comme sainte Église nous raconte le sacrement de l'autel»; Jacques Cartier (1er Voyage) écrit: «Des pois aussi épais comme s'ils avoient été semés et cultivés»; l'auteur du Roman de la Rose: «Et aussi vert come une cive», et plusieurs bons auteurs d'avoir également fait suivre aussi par comme. Les Acadiens et les Canadiens suivent l'exemple du découvreur de leur pays et parlent comme lui. Ils parlent aussi comme l'on parle dans Merlin (p. 280): «L'une partie aussi grande comme l'autre; la première aussi grande comme la seconde; et la seconde aussi grande comme la tierce».
   Aussi bien... comme a également été condamné à l'Académie. Cet arrêt grammatical n'a pas été promulgué en Acadie, ce qui fait qu'avec Des Périers




Source : POIRIER, Pascal. Le Glossaire acadien, édition critique établie par Pierre M. Gérin, Moncton, Éditions d'Acadie; Moncton, Centre d'études acadiennes, 1993, 500 p.