page



BATTE-FEU
- 62 -
BAVASSER

   BATTE-FEU. Briquet. S'entend, au figuré, pour fanfaron auprès des femmes.

   BATTÉE. Une battée de grains est une airée de grain battu.

   BATTELÉE. Quantité de beurre que donne une barattée de lait. C'est du français dialectal.

   BATTERIE. «Partie de la grange où l'on bat le grain». (BARBEAU, Anecdotes [populaires du Canada, Journal of American Folklore, vol. 33, no 129, 1920]). Aire à battre.

   BATTEUSE. Machine à battre le grain. Mot de formation récente.

   BATTEUX. Batteur en grange.

   BATTIS. Sentier foulé, battu par les animaux.

   BATTOUER. Battoir. Les finales en - oir se prononçaient presque toutes - oué dans l'ancienne langue, et même au XVIe siècle. Le peuple du centre de la France dit comme nous: battoué.
   Palsgrave écrit ce mot tel que nous le prononçons.

   BATTRE. S'emploie absolument: J'ai battu la semaine dernière, pour j'ai battu mon grain; j'ai fait le battage; Il fait un beau temps pour battre.
   Se dit aussi d'une porte que le vent agite et fait battre: La porte bat.

   BATTU. Affligé d'une maladie: Je suis battu de la courte haleine; «Il ne serait pas un peu battu des furies présentement?» (SÉVIGNÉ).

   BATTURE. Même sens qu'en France. Se dit surtout d'une batture d'huîtres, d'un fond d'huîtres. Il faut chercher le radical de ce mot ailleurs que dans battuere, où l'on a prétendu le trouver: «Se dit des basses ou chaînes de rochers qui s'étendent sous l'eau d'un endroit à l'autre». (LA
HONTAN). N. Denys parle des battures de sable. Nous les appelons basses.
   Voici comment Richelet définit le mot: «C'est un banc, ou fond mêlé de sable, de roches ou de pierres, et qui s'élève à a surface de l'eau».
   Les citoyens de Shédiac, autrefois La Batture, sont encore aujourd'hui, par les vieux, désignés sous le nom de Batturiers.
   La Curne parle d'un cap au Canada découvert en 1607 et appelé Batturier.
   Une batture, en vieux français, était l'action de battre quelqu'un, une voie de fait.

   BATTURIÈRE. Baie, endroit, où il y a abondance de battures d'huîtres: «Toute la dite baye est fort batturière». (Jacques Cartier par Lescarbot).

   BAUCHE. Tâche, effort, coup de collier: finir d'une bauche; faire un voyage tout d'une bauche; donner une bauche. C'est un mot canadien; mais qui a donné naissance au verbe débaucher (voir ce mot), fort en usage en Acadie, et qui signifie cesser de travailler.

   BAUDET. Petit lit portatif. Le mot nous vient des Canadiens. On le trouve avec ce sens dans la très vieille langue française.

   BAUTOUR. Nom propre, déformation de vautour. C'est v se muant en b, comme il arrive assez fréquemment. L'influence de beau tour a dû jouer ici quelque rôle.

   BAVALOISE. Clapet de culotte ou de pantalon, porté par les anciens (?).

   BAVASSAGE. Bavardage, racontars.

   BAVASSER. Bavarder indiscrètement.
   Comporte une nuance de médisance. Bave est le radical de ce mot. Les Canadiens disent plutôt placoter, dans




Source : POIRIER, Pascal. Le Glossaire acadien, édition critique établie par Pierre M. Gérin, Moncton, Éditions d'Acadie; Moncton, Centre d'études acadiennes, 1993, 500 p.