page



BOIS MOU
- 71 -
BON

   BOIS MOU. C'est du bois dont la fibre est tendre, tel que le pin, le mélèze, le sapin, l'épinette, par opposition au bois dur: l'érable, le hêtre, le merisier.

   BOISÉ. Couvert de bois-debout; dont le bois n'a pas été abattu: une terre boisée.

   BOISIÈRE. Lieu couvert de bois, comme en vieux français.

   BOISSON. Terme générique pour boisson alcoolique: Il prend beaucoup de boisson; Il était en boisson quand il est revenu de la ville. Être en boisson, c'est être en état d'ivresse. Les Canadiens disent: être en bière. Nous disons aussi: de la boisson forte.
   Boisson se dit également en France pour boisson enivrante; mais il s'agit du vin tandis qu'ici, c'est de rhum (eau-de-vie), de brandy, de whiskey, de gin qu'il est question.

   BOISURE. Boiserie: «Regardant à travers le vitrage de la petite croisée, qui n'avait ni vitrage, ni boisure». (SAND, [Les] Maîtres sonneurs).

   BOITE. (Voir renard). [Le mot renard ne figure pas dans ce glossaire].

   BOITOUSER. Boiter légèrement. Le mot appartient à l'ancien français.

   BOIVEUX. Buveur, ivrogne.

   BOLLE. Subst. fém. Tasse, coupe, vaisseau dans lequel on boit; aussi écuelle: une bolle de thé, de lait. Les Canadiens disent comme les Français: un bol. Nous tenons le mot directement de l'anglais.
   En Normandie, une bolle se dit pour une soupière.
   Ce mot se trouve dans plusieurs langues avec le sens que nous lui donnons: bowl en anglais; bol en allemand; balla en italien; bolla en espagnol; bolli en irlandais. C'est un de ces mots primitifs que l'on trouve dans presque toutes les langues issues de
l'Hindoustan. Le grec a bôlas, motte de terre, matière avec laquelle on fait des bols.

   BOLLÉE. Contenu d'une bolle; formé régulièrement comme platée de plat. Se dit en Normandie: «Veux-tu une bolée de cidre?» (BAZIN, Donatienne).

   BOMBARDE. [Guimbarde]. Sorte d'instrument de musique, au Canada, que nous appelons trompe. En anglais mouth-organ.
   On l'appelle aussi vulgairement un brise-babine, une musique de gueule.
   La bombarde était autrefois une trompette en cuivre percée de sept trous, au dire de Godefroy.

   BOMBE. Terme canadien pour coquemar.
   On dit jeu de bombe, pour jeu de paume, aux Îles-Madeleine.

   BOMBESETTE. Étoffe croisée, à gros tissu. On dit quelque part en France: bombassin.
   Le mot dérive apparemment de Bombay, aux Indes anglaises, d'où cette étoffe fut originairement importée. Il y a un grand nombre d'objets dans la langue française qui tirent leur nom du lieu de leur provenance: cachemire, nankin, bougie, angora, cognac, tweed, calicot, madras, pékiné, japon, maroquin, moka, damas, mousseline, tiretaine, maniguette, berlin, échalotte, cordouan [qui a donné corde, cordonnier, etc.] Anciennement, cordouan était du cuir de Cordoue. De soie de Padoue, les marchands anglais avaient fait padoussoy. Le mot est revenu en France tout défiguré: pou de soie.

   BÔME. Estacade. De l'anglais boom. Bôme, en France, terme de marine, signifie la vergue sur laquelle on borde la voile nommée brigantine.

   BON. Nous le faisons souvent suivre d'un infinitif, comme le fait Mme




Source : POIRIER, Pascal. Le Glossaire acadien, édition critique établie par Pierre M. Gérin, Moncton, Éditions d'Acadie; Moncton, Centre d'études acadiennes, 1993, 500 p.