page



CHARMER
- 105 -
CHATTERIE

ger ce bois». (LA FONTAINE, [Fables], La Mort et le Bûcheron). Nous disons, imité de l'anglais: Chargez ça sur mon compte pour portez, inscrivez ça à mon compte. À l'Académie charger un compte c'est l'augmenter, le majorer.

   CHARMER. Nous avons conservé au mot charmer, dans les vieilles chansons de France, le sens de jeter un charme ou un sort à quelqu'un: celle qui m'a charmé; les tourments que j'endure depuis qu'il m'a charmée.
   On trouve dans Basselin: «Tant est bon cestuy-ci qu'il m'a presque charmé» pour ensorcelé, jeté un sort. Du latin carmen, chant magique.

   CHARROI. Chariot: «Ils avoient de petits canons sur charrois». (P. de Fénin, Mém. de Charles XI, rapporté par La Curne [de Sainte-Palaye]).

   CHARROYAGE. Transport, action de charroyer, charriage.

   CHARRUE (La). Se dit pour la Grande et la Petite Ourse. C'est le Chariot de France, mais charrue donne une image plus ressemblante.

   CHARTIER. Charretier. Aussi, cocher de place. Clément Marot applique le mot à Phaéton. «Un chartier furieux». ([D']AUBIGNÉ, [Les Tragiques], «Princes»). On a dit proverbialement: l'heure du chartier, comme nous disons de nos jours: l'heure du berger. On trouve chartier et charretier dans l'ancienne langue.

   CHARTIL. (Prononcé charti). Corps d'une charrette, comprenant les ridelles, les échelons et les échelots. Le mot appartient à l'ancienne langue: «Cil saillirent au charretil, ou il cuidèrent Renard prendre». (Roman de Renart, XIIe siècle).
   Ici, charretil désigne la charrette même. Chartin, aussi de l'ancienne langue, semble correspondre plus directement à notre mot chartil. Nous disons: un chartil de charrette; on dit
la même chose en Berri.
   «Que le paysan cueille, emplissant à milliers. / Greniers, granges, chartis et caves et celliers». (RÉGNIER, [Satires], «Satire XV»).
   Le mot s'est conservé dans le centre de la France.
   Chartil vient du vieux français charte, signifiant charrette, d'où l'anglais cart.

   CHASSE-GALERIE. Ce mot relève de la magie noire. Une croyance populaire veut que certaines conventions puissent être passées entre de méchantes personnes d'un côté, et le démon de l'autre, où l'on engage son âme au démon, à condition que l'on puisse à volonté se changer en bête, se transporter dans les airs, etc.

   CHASSER. Sentir la piste: Ce chien chasse bien.

   CHASSIS. Se dit pour fenêtre ou croisée: Il y a six chassis à ma maison; un chassis qui éclaire mal. On trouve dans Villon: «Mes chassis tissus d'arignée».

   CHAT SAUVAGE. Carnassier qui ressemble au loup-cervier.
   Champlain distingue le chat sauvage du loup-cervier. Lescarbot le compare au léopard.

   CHÂTEAU. Se dit pour chanteau (voir ce mot).

   CHATON. Peut-être l'herbe-à-chat.

   CHATOUNÉE. Portée de petits chats.

   CHATOUNER. Chatter. Mettre bas une portée de petits chats. On a dit catonner en vieux français. Chatouner et catonner, c'est le même mot. Cat en anglais.

   CHATTERIE. Mignardise, caresse.




Source : POIRIER, Pascal. Le Glossaire acadien, édition critique établie par Pierre M. Gérin, Moncton, Éditions d'Acadie; Moncton, Centre d'études acadiennes, 1993, 500 p.