page



CHELIN
- 107 -
CHEUX

rées des sillons. Se dit chintre dans plusieurs endroits en France. Cheinte est originairement un terme de marine. On appelait chinte «les rebords, ou espèces de cordons, qui règnent au pourtour d'un navire». ([Dictionnaire de] Trévoux).

   CHELIN. Le shelling [shilling] anglais. Depuis la cession de l'Acadie à l'Angleterre, en 1715, par le traité d'Utrecht, l'argent anglais seul a eu cours parmi les Acadiens. Ceux-ci ont francisé, comme ils ont pu, les pièces anglaises: le pound est devenu la pône, le shelling [shilling], chelin et le penny, gros-jacques (voir ce dernier mot). Le dollar américain est désigné sous le nom de piastre.

   CHEMIN. Donner du chemin à une scie, à une égohine, c'est en ouvrir, en écarter les dents.
   Être dans le chemin, c'est être totalement ruiné. Courir les chemins, c'est mendier de porte en porte. Un coureux de chemins, c'est ce que les Anglais appellent un tramp. Le chemin du roi, c'est le grand chemin, appelé chemin royal ou réal dans la vieille langue.

   CHEMIN DE SAINT JACQUES. Voie lactée. Cette expression nous vient de la Touraine ou du Berri. On dit dans le même sens la Vallée de Josaphat, en Anjou.

   CHEMISE FINE. Chemise de toile blanche, en opposition à chemise de toile écrue.

   CHEMISOLE. Camisole. Chemisole est formé régulièrement sur chemise; camisole est du picard.

   CHENAIL. Chenal. Les deux se disent. On trouve chenail dans La Hontan.

   CHENALER. Au figuré, éviter les écueils. Au propre, suivre les sinuosités d'un chenal.
   CHENILLE. Au figuré, personne d'une laideur repoussante.

   CHENIQUER. Manquer de courage. C'est un terme plutôt canadien.

   CHENIQUEUX. Celui qui se dérobe devant un adversaire ou un danger; poltron.

   CHÈRANT. Qui vend cher sa marchandise; qui en demande plus qu'elle ne vaut: C'est un homme chèrant.

   CHERCHE. Subst. fém. Faire une cherche, c'est faire une perquisition, d'où recherche.

   CHÉTIF. (Prononcé chéti). Comporte toutes les acceptions que lui donne le Dictionnaire, et celles-ci en plus — Qui a mauvais goût: ce vin est chétif. Aussi, abattu souffrant, maladif: Je me sens chétif ce matin. S'emploie également dans le sens de méchant: C'est un chétif garçon.
   Les divers sens que nous donnons à ce mot étaient connus en France au XVe siècle: «Aux coeurs chétifs tu remets l'espérance». (RONSARD, Le Bocage royal).
   Dérive du latin captivus qui a aussi donné captif à la langue. Chétif, comme son doublet, a eu originairement le sens de prisonnier.

   CHÉTIVITÉ. État de ce qui est chétif. On trouve le mot dans la Fille du comte de Pontieu (XVe siècle). On dit: tomber en chétivité au Berri.
   «Il en est d'eux comme des femmes qui sont toute bonté, ou toute chétivité». (SAND, [François] le Champi).

   CHETURE. Trame (voir jeture).

   CHEUX. Chez. Du latin casa, maison. Cheux appartient à la vieille langue et s'entend, aujourd'hui encore, dans maints départements de France, notamment en Normandie et en Berri. Cheux se disait préférablement à chez,




Source : POIRIER, Pascal. Le Glossaire acadien, édition critique établie par Pierre M. Gérin, Moncton, Éditions d'Acadie; Moncton, Centre d'études acadiennes, 1993, 500 p.