page



COLLET
- 115 -
COMME

lecteur des tailles, collecteur du sel.
   C'est avec collecteur que nous avons fait collecter: collecter un compte, une dette. Ce verbe n'est pas reconnu au Dictionnaire. Il faudrait l'y faire entrer, ainsi que plusieurs autres de création canadienne et acadienne.

   COLLET. Nous disons improprement collet pour faux col. C'est le collar des Anglais.

   COLLETAILLER. Diminutif de colleter. Se dit lorsque la lutte n'est pas sérieuse.

   COLONEL. Le vieux français avait corronel, courounel, coronel et colonel. Nous disons corounel. «D'autres disent Couronnel». (BRANTÔME); «Sur la fin de ce différent arrivèrent les deux Coronels». (RABELAIS). (voir Corounel).

   COLONIE. Le mot s'applique aux établissements nouveaux, aux fondations de nouvelles paroisses que nous faisons en forêt.

   COLTAR. Goudron. De l'anglais coal- tar. Mot en usage en Normandie. Les écrivains français en ont fait coal tar, une horreur, même coltariser, ce qui est mieux.
       COMÉTIQUE. Traîneau d'hiver, dont la fonçure est faite avec du filet à saumon ou de la peau de loup marin.
   Ce mot, en usage sur les côtes du Labrador, a été formé par nos gens sur le radical montagnais: komatic.

   COMMANDER. V. [forme] a. Nous disons: commander quelqu'un, au lieu de, à quelqu'un; comme dans ces vers de Corneille (Attila I, I): «Ce titre en eux me choque, et je ne sais pour quoi / Un roi que je commande ose se nommer roi».

   COMME. Nous disons, avec le populaire de France: pareil comme, autant comme. Ce sont des comparatifs d'égalité. L'Académie veut que
pareil et autant soient suivis de que, au lieu de comme. «Je vous promets que j'ai autant d'envie comme vous de ce mariage». (AMYOT).
   Les meilleurs écrivains du XVIe siècle disent comme nous: «Autant me fait le plaisir que la peine,    / La peine autant comme fait le plaisir». (RONSARD, Amours, liv. I); «Il ne sçut changer sa peinture en tant de façons comme Glycère faisoit ses bouquets». (FRANÇOIS DE SALES, Introduction à la vie dévote, Préface).
   Rabelais, Montaigne, etc. écrivent autant comme.
   Corneille lui-même (Polyeucte, III, 3) dit: «Qu'il fasse autant pour moi comme je fais pour lui».
   Nous disons aussi, invita Minerva, si comme. Mais d'autres l'ont dit avant nous: «Chargé d'un diocèse si pesant comme est le mien». (FRANÇOIS DE SALES); «L'empereur Ferdinand n'étoit pas si bouillant comme...» (BRANTÔME).
   Aussi comme est également condamné et cependant, nous l'employons avec Du Cange, Rabelais: «Il respondit que les Français et li Wallin (Wallons) estoient aussi bons comme les Flamens»; «Nous serions aussi grands comme vous». (Pantagruel);    «Et les bêtes s'en réjouissent, / Aussi bien comme les humains». (SAINT-AMANT, [Poésies], «Pluie»).
   Comme trouve, dans le parler des Acadiens, d'autres emplois que les maîtres d'aujourd'hui condamnent. Nos gens disent: Demandez-lui comme il s'appelle, ce qui n'est pas admis par la grammaire. Rabelais (Pantagruel) qui, cependant, connaissait sa langue, écrit: «Epistemon luy demanda comme s'ap-peloient ces rochers et vallées si estranges».
   Nous disons aussi avec Jacques Cartier, le découvreur du Canada: «Le blé sauvage (de la Baie-des-Chaleurs) qui l'espy (avoit) comme seigle et aussi espez comme si on les y abvoit semez et labourez».
   Et avec Madame de Sévigné: «Il ne paraît pas que la paix soit si proche comme je l'avais mandé».




Source : POIRIER, Pascal. Le Glossaire acadien, édition critique établie par Pierre M. Gérin, Moncton, Éditions d'Acadie; Moncton, Centre d'études acadiennes, 1993, 500 p.