page



ÉPIAGE
- 189 -
ÉQUIPÉ

   Le mot a cours dans tout le centre de la France.

   ÉPIAGE. Apparition de l'épi. L'épiage du blé. Mot bien connu dans la France rurale.

   ÉPINGLER. Attacher avec une épingle. On s'explique assez difficilement pourquoi ce mot, ce joli mot, connu de toute la France où se parle la langue d'oïl n'est pas entré au Dictionnaire.

   ÉPINGLETTE. Broche, bijou en forme d'épingle. Diminutif d'épingle. Un homme attache sa cravate avec une épingle; une femme, son fichu, avec une épinglette: «Mainte espinglette». (DESCHAMPS, vol. IV, p. 9).
   À l'Académie, épinglette est un terme militaire.

   ÉPINGLIER. Dévidoir attaché à un rouet.
   Épinglier se disait pour étui à épingles en vieux français. À l'Académie, l'épinglier est un faiseur ou un marchand d'épingles. Cette acception est inconnue ici.

   ÉPIVARDER (S'). Mot formé, je crois, sur pivert, qui s'est dit pivart ou pivard, autrefois. Se carrer, se prélasser. C'est un mot dialectal de France, principalement du Maine.

   ÉPLUCHETTE. Réunion, partie de plaisir où les jeunes gens passent la soirée à éplucher du blé d'Inde (maïs) et à s'amuser.

   ÉPLUCHURES. Ce qui reste, après qu'on a épluché du blé d'Inde, par exemple. Je trouve le mot dans Saint-Simon.

   ÉPOUFFER. Épouffer de rire, pouffer de rire. Nous disons aussi pouffer.
   On disait, en vieux français, ébouffer, s'esbouffer de rire: «Or la dame de rire s'esbofi». (La Mort Garin).
   Ébouffer et épouffer, c'est le même mot, le p se muant en b ou inversement.

   ÉPOUSSETAGE. Prononcé époustage. Action d'épousseter.

   ÉPUCETER. Fréquentatif de épucer. Même signification.

   ÉQUARQUILLER. Ouvrir largement, fendre: équarquiller les jambes; Un bancal marche les jambes équarquillées; s'équarquiller les yeux.

   ÉQUERRE (D'). Au figuré nous disons: Ce n'est pas d'équerre pour ce n'est pas d'arrangement, ce n'est pas raisonnable, ce n'est pas juste. Nous disons aussi: Cet homme n'est pas d'équerre. Cela correspond à l'anglais: He is not square.

   ÉQUEUTER. Enlever la queue: équeuter des raisins, des groseilles.

   ÉQUIPAGE. Le même sens qu'équipé au péjoratif: «Qu'est-ce donc, mon mari, que cette équipage-là», s'écrie Madame Jourdain [Le Bourgeois gentilhomme] en voyant son mari travesti en mamamouchi.
    «Le pis est que l'on mit en fâcheux équipage»... (LA FONTAINE).

   ÉQUIPATION. Pêle-mêle, désordre, saleté. Se prend toujours en mauvaise part: Dans quelle équipation tu t'es mis; C'est une véritable équipation l'état de cette maison.

   ÉQUIPÉ. Sali: Il est tout équipé de vase; Je n'entrerai pas au salon, je suis trop équipé; Cet enfant est tout équipé.
   Le sens péjoratif qu'a pris équiper chez les Acadiens — et sans doute ils l'ont emporté de France — est un témoignage du mépris, voire de la haine, que le peuple de France vouait aux grands et surtout aux militaires, qui les éclaboussaient de leur brillant équipage.




Source : POIRIER, Pascal. Le Glossaire acadien, édition critique établie par Pierre M. Gérin, Moncton, Éditions d'Acadie; Moncton, Centre d'études acadiennes, 1993, 500 p.