page



FLEURANT
- 215 -
FONDS

   FLEURANT. Nom propre. Plusieurs en Acadie portent le nom de Fleurant. En vieux français, fleurant se disait pour odoriférant.

   FLEURETER. (Prononcé fleurté). Nous avons formé ce mot sur l'anglais to flirt. Le français contemporain a, comme nous, pris le mot des Anglais, to flirt, et en a fait flirter. Chez nous, il est entré par les oreilles; chez les Français, par les yeux, par la graphie. Ce qui fait que le même primitif donne deux mots différents.
   La prononciation anglaise de flirt (fleurt) montre bien que le mot a été pris à l'ancienne langue de la France. D'ailleurs les exemples le prouvent: «D'autre art scavoir, fors de compter / Une, deux, le temps mesurer / Et fleureter plus que le cours». (DESCHAMPS, [Poèmes], Ballade VI, p. 112).
   D'après un commentateur de Deschamps, Queux de Saint-Hilaire, fleureter signifie ici faire des fioritures. Que cette interprétation soit vraie ou fausse, il n'en reste pas moins que le mot fleureter (to flirt) appartient à la vieille langue de nos pères.
   Nous disons encore en France: conter fleurettes, qui a le sens de fleureter, to flirt: «Et votre femme entendra les fleurettes». (MOLIÈRE, [L']École des femmes, acte 1, scène VI).

   FLOT (À). Le t sonne: Mettre un bâtiment à flot.

   FLUET. Le t sonne.

   FOIN. Aux foins: à la saison des foins; travailler aux foins, faire les foins, c'est faire la fenaison; foin de caribou: mousse des savanes, qui sert de nourriture aux caribous; foin doux: foin de terre haute, produit de la culture, en opposition à foin salé; foin salé: foin qui croît sans culture au bord du rivage et que couvrent les hautes marées. Nous disons aussi dans ce sens: Foin de prée [ou grand foin].
   Au figuré: Il a fini ses foins signi-
fie il est coulé. Correspond à la locution canadienne: son chien est mort.

   FOÏNE. Dans le bas du fleuve Saint-Laurent, trappe à poisson. C'est le nijagan (mot sauvage) des Acadiens.

   FOIREUX. Au figuré: poltron. Se dit en France également.

   FOIS (Des). Locution adverbiale signifiant quelquefois. Locution très courante dans la langue dialectale de France:
   «Nous trouvions des fois des flaques d'eau qu'il fallait éviter». (Jacquou le croquant); Je la vois des fois; J'y vais des fois; Il y a des fois où j'ai envie de lui donner ma main sur la goule; Il y a des fois où je voudrais mourir; «Les choses que tu me dis me donnent des fois comme envie de pleurer». (SAND, François le Champi).
   Nous disons aussi, comme le peuple de France, la fois que: Te souviens-tu la fois qu'il est venu nous voir?
   Et aussi: Une fois qu'il a commencé à parler, on ne peut plus le faire taire.

   FONCER. Se dit surtout des bêtes à cornes qui se jettent les unes sur les autres ou qui attaquent une personne: Ce boeuf a foncé sur moi.

   FONÇURE. Le vieux français avait enfonçure, pour le fond d'un tonneau, d'un meuble. C'est le même mot et la même signification. Nous disons aussi: une fonçure de traîneau, de carriole, etc. Cela s'appelle, en Anjou, la fonçaille.
   On trouve dans Godefroy: «La fonçure d'un lit».

   FONDÉ. J'ai entendu un Canadien dire: C'est un innocent fondé, pour c'est un imbécile.

   FONDS. Aller sur les fonds, pêcher sur les fonds, c'est pêcher aux endroits fréquentés par la morue. Il y a les grands et les petits fonds, selon la pro-




Source : POIRIER, Pascal. Le Glossaire acadien, édition critique établie par Pierre M. Gérin, Moncton, Éditions d'Acadie; Moncton, Centre d'études acadiennes, 1993, 500 p.