page



HAÏSSABLE
- 251 -
HAQUER

   Voici que nous frisons le mot hairage, heir en anglais. Débonnaire est sorti de là.
   Ajoutons que débonnaire s'écrivait en trois mots, aux origines de la langue: «Chevalier de bon aire». ([Chanson de] Roland, v. 2252).
   L'Académie met un accent sur le é, débonnaire!
   Veux-t-on d'autres exemples?
   Du Cange donne hérage comme synonyme de haeredes, de race. Godefroy, parlant de députaire, dit que ce mot signifie de mauvaise race, le contraire de débonnaire; et ailleurs, on trouve equus spadix (cheval harace) dans le Glossaire de Glasgow. «Érage, vieux mot qui signifie race». (MÉNAGE). «Et dit-on qu'en bourbonnais encore dure l'érage». (RABELAIS); «Plus dignes sont ceuls de ce noble hérage». (DESCHAMPS, vol. III, p. 74). Et ailleurs, du même auteur: «Et qui est vilz et d'aire ville». ([Poèmes], «Bal[lade]» VI, p. 156); c.-à-d., d'extraction basse.
   On trouve airetange pour héritage, dans la vieille langue. Haras se rattache à hairage.

   HAÏSSABLE. Le sens de ce mot s'adoucit quelquefois. Ainsi, un enfant haïssable peut s'entendre pour un enfant tapageur.
   Une jeune fille dira très bien à son amoureux: Tu es bien haïssable aujourd'hui.

   HALAGE. Action de haler. Ce terme de marine a été transposé à terre par les Acadiens: Faire le halage l'hiver, c'est haler le bois de chauffage qu'il faut pour la maison.

   HALÉNER. Haleter, être hors d'haleine, respirer avec difficulté. Le mot est entré dans l'édition de 1694 du Dictionnaire de l'Académie, mais avec le sens de sentir l'haleine de quelqu'un.
   Le sens que nous donnons à ce mot est plus conforme à ses origines que celui de l'Académie: anhelare, être essouflé.
   Haléner s'apparente à inhaler, exhaler, etc.

   HALER. Tirer, charroyer. En anglais to haul.
   Ce terme maritime est devenu, à toutes fins, un terme terrestre: Haler une chaise, c'est prendre une chaise pour s'asseoir; Se haler d'un côté, c'est se ranger d'un côté; Haler du pain à table, c'est s'en servir.
   Nous disons: Ça hale dur, pour c'est difficile à haler. La locution adverbiale ça hale signifie: c'est fort [difficile], c'est incertain.
   Absolument: Je hale tous les jours, signifie que tous les jours je fais du halage.
   L'hiver, quand les chemins sont bons, nos gens disent: Ça hale bien.
   «Aussitôt que la molue est halée par le haut, on la décroche de l'ain». (DENYS, vol. II, p. 146). Il dit ailleurs: «Haler la ligne»; «Je me remets d'avoir entendu dire que si je pouvais lui haler (tirer) du sang, je le délivrerais». (BARBEAU, Anecdotes [populaires du Canada, Journal of American Folklore, vol. 33, no 129, 1920]); «C'est là que le canot hale le sable, suivant l'expression pittoresque de nos canotiers». (BUIES, Le Saguenay [et la vallée du lac Saint-Jean]).
   Signifie aussi tendre vers: Le vent hale du sud; la goélette hale à terre; «Quand les maoves (mouettes) halent à terre, c'est signe de tempête». (Dicton picard).
   On dit haler sa chance, à Guernesey, pour tirer au sort.
   Radical germanique.

   HAPPE. Bonne prise: Vous avez fait là une bonne happe; S'il peut l'avoir pour femme, il fera une happe; «Comment porroit la ville de Bernesque estre prise et happée par la force d'assaut?» (GUESCLIN).
   Les Normands disaient: par happe, pour par chance. Du verbe happer.

   HAQUER. Malmener, maganer (voir ce mot) un cheval.
   D'origine germanique.




Source : POIRIER, Pascal. Le Glossaire acadien, édition critique établie par Pierre M. Gérin, Moncton, Éditions d'Acadie; Moncton, Centre d'études acadiennes, 1993, 500 p.