page



ÎLOTTE
- 261 -
INCOMMODE

   ÎLOTTE. Toute petite île. Îlotte est le diminutif de îlot comme îlette est celui de île. Une îlette est une île d'une certaine étendue, quoique peu considérable; une îlotte peut n'être qu'un rocher émergeant de l'eau.
   Il y a, en bas de Québec, l'Islet, et plus bas, à l'entrée de Pabos, l'Anse-à-l'Îlot.
   Îlotte procède du bourguignon. En tout cas, l'on dit que les Bourguignons aiment les suffixes en -ot et en -otte.
   On trouve islote dans la vieille langue, et aussi islois.

   IMAGINATIONS. Suppositions: Tout ça, c'est des imaginations; «J'ai imagination que tu as quelque souci». (SAND, [François le] Champi).
   Le vieux français avait ymagination pour pensée, réflexion.

   IMBATTABLE. Qui ne peut être battu: Il est imbattable à la course. C'est imbattable signifie: on ne pourrait faire mieux.

   IMMANQUABLE. S'emploie adverbialement pour immanquablement: Immanquable (prononcé inmanquable) qu'il viendra nous voir.
   Sorel et d'autres romanciers emploient cette expression dans le même sens que nous, ce qui montre qu'elle a cours en France parmi le peuple.

   IMPARFAIT. Espiègle, dissipé: Cet enfant est bien imparfait; brouillon, dissipé, turbulent.

   IMPASSABLE. Impraticable: Les chemins sont impassables de Cocagne à la Grand-Digue....

   IMPOSER. Empêcher: Qu'est-ce qui vous impose de venir?; Rien ne vous impose de dire oui; Je voudrais bien savoir ce qui t'impose de le recevoir?
   Brantôme donne à ce mot le sens de reprocher, Molière celui de ne pas dire toute la vérité, de tromper: «Vous verrez si j'impose, et si leur foi donnée n'avait pas joint leurs coeurs depuis
plus d'une année». ([L']École des maris, acte III, scène V).
   Lescarbot (Hist[oire] de la Nouvelle-France, t. II, p. 555-6) écrit: «Les Sauvages disoient que s'ils (les Français) mouraient, on leur imposeroit qu'ils les avoient tués». Imposeroient, ici, prend le sens d'imputer, d'accuser.
   «Et tout ce qu'on lui imposoit n'estoit que par envies et haines particulières». (JUVÉNAL DES URSINS).
   Les grammairiens, à la recherche de chinoiseries, ont établi la différence que l'on sait entre imposer et en imposer. Molière se moque de cette subtilité: «Faites-moi pis encor: tuez-moi, si j'impose». ([Le] Dépit amoureux, 1, 4); «Je ne sais s'il impose; / Mais il parle sur la chose / Comme s'il avait raison». (Amphitryon, III, 5).
   Nous disons comme Molière.
   Imponere avait aussi le sens de mentir, en latin: «Imposuit Catoni», d'où apparemment notre en imposer.
   La pythonisse d'Endor dit à Saül: «Quare imposuisti mihi?»: Pourquoi m'avez-vous trompée?

   IMPOSITION. Employé absolument, nous donnons à ce mot le sens de charge, d'injustice: Ce règlement est une imposition pour le pauvre monde.

   IMPOSSIBLE. Invraisemblable, absurde: Elle porte une robe impossible.

   IMPRIMER. Se dit aussi pour aiguiser, affûter: imprimer une faux sur la meule avant de la repasser à la pierre. Nous disons aussi aiguiser.
   Ce verbe a été formé sur l'adjectif prime qui signifie, dans le parler acadien, bien aiguisé.

   INCASSABLE. Qui ne peut être cassé.

   INCOMMODE. Appliqué aux enfants, ce mot signifie turbulent, braillard: «Le jeune homme qui craint




Source : POIRIER, Pascal. Le Glossaire acadien, édition critique établie par Pierre M. Gérin, Moncton, Éditions d'Acadie; Moncton, Centre d'études acadiennes, 1993, 500 p.