page



JIMBARGE
- 268 -
JORNÉE

cache la belle bergère; le clairon du roi, etc.
   Rabelais fait mention du clairon du roi, qu'il appelle furon. C'est aussi furon qu'on dit en Berri. La main chaude se disait qui fery, chez les premiers Français.

   JIMBARGE. Le mot devrait peut-être s'épeler guimbarge puisque nous le prononçons djimbarge, en le mouillant. Sorte de civière à bras, boyard, galeau en Anjou.
   C'est avec des jimbarges que les faucheurs portent le foin ramassé en muleron d'un terrain bas, où les voitures ne peuvent s'engager, à un terrain plus élevé.

   JIN. Juin. Cette manière de prononcer le mois de juin est celle de plusieurs départements de France.

   JINGUE ou GINGUE. Joie exubérante chez les jeunes, hommes ou bêtes: être en jingue. C'est un mot normand qu'on entend dans plusieurs départements de France.

   JINGUER ou GINGUER. Sauter, gambader, comme font les jeunes poulains.
   En très vieux français, jynguer se disait pour s'amuser, rire.

   JONGLER. Réfléchir sérieusement, songer, ruminer, rêver, muser: Laissez-moi jongler; Il est là qui jongle; Je jongle comment je dois m'y prendre pour réussir; Veux-tu acheter mon cheval? — J'y jonglerai; «Molt tost resout en pié sailli (se sont mis sur pieds) / Si s'entreviennent s'attaquent sans jengler (délibérer) / Plus fièrement que dui (deux) sangler». (CHRÉTIEN DE TROYES).
   Dans ce distique de La Fontaine ([Fables], Le Lièvre et les Grenouilles), nous changerions songeait en jonglait: «Un lièvre en son gîte songeait / Car que faire en un gîte a moins que l'on ne songe?»
   JONGLEUX. Adj. Songeur, pensif.
   De l'Académie: «Jongleur se disait autrefois d'une espèce de ménétrier qui allait, chantant des chansons, dans les cours des princes, et dans les maisons des grands seigneurs. Il signifie maintenant joueur de tours de passe-passe, bateleur, charlatan».
   Conte de jongleur s'entendait dans la vieille langue pour histoire incroyable.

   JOQUETER. Prononcé jocter. Branler dans le manche; jouer dans sa douille: Un piton plus petit que la mortaise jocte; Ça jocte, ça branle; Il a tellement joqueté qu'il s'est dépris.
   Joqueter et hoqueter, c'est le même mot. Or hoqueter, en vieux français, signifiait secouer fortement. Hoquet, que nous verrons dans La Fontaine, est de la même famille: «Quand le suppliant ne trouvoit point l'huis (la porte) ouvert, il faisoit tant en le hoquetant et sourdant que il ouvrait». (Rapporté par La Curne [de Sainte-Palaye]); «Mes gens s'en vont à trois pieds, / Clopin, clopant, comme ils peuvent, / L'un contre l'autre jetés / Au moindre hoquet qu'il treuvent». (LA FONTAINE, [Fables], Le Pot de terre et le Pot de fer).
   Rabelais (Pantagruel) se sert de ce terme, mais en le salissant. Cotgrave aussi l'emploie aussi bien que Du Cange, qui le rend en latin par hoquetus.
   Le mot s'entend aujourd'hui en Berri et dans tout le centre de la France, où il reçoit divers emplois.
   Clédat fait venir joqueter de l'allemand locker, qui branle. Le Père Bouhours (1675) veut que l'on change le h en j, et que l'on dise, par exemple, jérarchie et non pas hiérarchie. C'est ainsi que hoqueter est devenu joqueter.

   JORNÉE. Journée.
   C'est ainsi que le mot s'est prononcé autrefois et qu'il se prononce encore en Berri et dans plusieurs départements du centre de la France. Les jeunes en Acadie disent jour, mais il n'est




Source : POIRIER, Pascal. Le Glossaire acadien, édition critique établie par Pierre M. Gérin, Moncton, Éditions d'Acadie; Moncton, Centre d'études acadiennes, 1993, 500 p.