page



MAGASINAGE
- 289 -
MAINGRE

   MAGASINAGE. Action de magasiner (voir ce mot).
   À l'Académie, magasinage a le sens du terme anglais storage, mettre en entrepôt, remiser.

   MAGASINER. Courir les magasins en quête d'emplettes. C'est le shopping des Anglais, dont les Parisiens d'aujourd'hui ont fait shoppingue! Que n'a-t-on pas recours aux anciens vocables de la langue, au lieu d'adopter d'horribles mots exotiques?

   MAIGRELIN. Maigrelet: «Il estoit d'une jolie, gentille et maigreline taille». (BRANTÔME); «Il (Chastelard) avoir la taille... maigreline». (Idem).

   MAIGRETÉ. Maigreur. Les deux se disent.
   Maigreté appartient à la vieille langue.

   MAIGRICHON. Maigrelet, très maigre et de chétive apparence. Expression péjorative. L'ancien français avait maigresce, maigrèche, mégrèce: «Ne de paleur, ne de mégrece». (Roman de la Rose, v. 293).

   MAIGRIOT. Même sens que maigrelin ou maigrelet.

   MAIGRISTAIN. Se dit pour maigrelin aux Îles-Madeleine.

   MAILLER. Nos pêcheurs disent: Le poisson se maille ou maille bien aujourd'hui pour se prend bien dans les mailles des filets. On trouve le mot avec à peu près le même sens dans Le Mystère du Vieil Testament. À l'Académie se mailler est un terme de chasse. «Là se trouvaient tendrons en abondance, / Plus que maillés et beaux par excellence». (LA FONTAINE).
   Mailler, c'est aussi faire des mailles de filet au crochet: J'ai maillé ce filet dans ma journée.
   Nos pêcheurs emploient quelquefois
le mot dans le sens d'emmêler: Le câble est maillé; «Et li haubeurs menu mailliez». (Ce haubert est a mailles fines). (CHRÉTIEN DE TROYES); «Le gelinote-à-fraise est maillée, c'est-à-dire, les plumes qui poussent sous l'aisselle sont complètes, vers le milieu de septembre». (DE PUYJALON). Ce qui veut dire qu'elle est alors en état de prendre son vol.

   MAILLOCHER. Frapper dru, avec les poings, comme avec une mailloche. Par extension, rouer de coups: Je l'ai mailloché. Brantôme dit dans le même sens mailloter.
   La finale -oche nous vient de l'italien occio.

   MAIN (En). En magasin, à vendre, à la disposition des clients. Pendant vingt ans cette annonce a paru dans un journal d'Ottawa: «Laurent Duhamel a toujours en main de la saucisse et du jambon».
   De l'anglais on hand.
   Main se dit aussi pour ouvrier: J'emploie cent mains dans ma manufacture. Ce sens nous vient de l'anglais hand.
   Mal à main. Qui n'est pas à la portée de la main, mal placé. Se dit, par extension, pour désobligeant.
   Mettre sa main au feu est une formule d'affirmation: C'est arrivé; j'en mettrais ma main au feu. On peut faire remonter ceci très loin dans l'histoire.
   Des mains de laine sont des mains qui laissent tout échapper.
   Rester dans les mains, c'est rester pour compte.
   «Fiest son chevau des esperons qui'l' doit avoir si à main comme à son désir». (ARRAS, [Roman de] Mélusine).

   MAINGRE. Maigre est le mot courant, mais dans certaines familles, on prononce maingre ou mingre. Cette forme nous vient de la mère patrie, et était courante autrefois dans certaines provinces. Il nous en reste Jean le Maingre, maréchal de France, ancien




Source : POIRIER, Pascal. Le Glossaire acadien, édition critique établie par Pierre M. Gérin, Moncton, Éditions d'Acadie; Moncton, Centre d'études acadiennes, 1993, 500 p.