page



MALADIES
- 291 -
MALGRACIEUX

trouve dans les Quinze Joyes de mariage; maldire pour médire (Brantôme); malpropice, etc.
   On trouve encore mal exemple et mal sermon, dans S[aint] Bernard [de Clairvaux ou Sermons de saint Bernard]. Le Père Sagard (369) a malsage.
   Les puristes du commencement du XVIIe siècle préféraient malcontent à mécontent. Les deux expressions sont entrées à l'Académie et, chose assez singulière, sont restées l'une et l'autre dans le parler des Acadiens et des Canadiens.
   Être mal avec quelqu'un, c'est être en mauvais termes avec lui. La locution se retrouve dans le français dialectal.

   MALADIES. Voici quelques noms de maladies qu'on relève dans le parler des Acadiens: échauffure, haut-mal, verrures, résipère ou érésipère, grenouilles, grand fièvres.

   MALAVENANT. Qui n'est pas avenant: «Arrête-toi donc, mal-avenant, dit un paysan à son cheval». (BARBEAU, Folklore).

   MALCADÂCRE. Souffreteux. Les Canadiens ont macâble, le même sens.
   On a dit, peut-être dit-on encore en France: marcaduc, pour accablé de fatigue.
   D'où vient le mot assez hirsute, malcadâcre? Clédat fait venir malade de male aptus. Qu'est-ce qui empêcherait malcadâcre de venir de male et de acer, ou du grec acros, qui représente âcre, doublet de aigre? Un savant (?) a bien fait venir cadavre des premières syllabes de caro data veribus!
   Il y a encore et mieux, male cadaver. On a le choix. On dit mal-crové (mal crevé) le long de la Moselle.

   MALCHANCE. Mauvaise chance: «Tel duel (deuil) an ot et tel pesance / Qu'il li avint par mescheance / Que ele dist une parole». (Erec et Enide).
   MALCHANCEUX. Qui n'a pas de chance, qui a la guigne.

   MALCOMMODE. Incommode.

   MÂLE. Un mâle entier est un cheval étalon: «Mâle, parfait, entier, tout grand et tout divin». (RONSARD, [Les Hymnes], «Hymne à l'été»).

   MALENDURANT. Qui n'a pas de patience, irritable. Le mot est dans Cotgrave.

   MALENTENTE. Malentendu. Les deux se disent. Le mot est dans Berte [aus grands piés] (v. 2055).

   MALENTRAIN. Légèrement souffrant. Aussi, de mauvaise humeur.

   MALFAICTEUR. (Le c sonne). Malfaiteur.
   On disait, dans l'ancienne langue: manufaiteur, malfaiteur, malfectère et malfaicteur: «Tu as trouvé un enquesteur de mesme / Pour t'enquérir de moi ton malfaicteur». (DES PÉRIERS, À la reine Marguerite).
   Brantôme, [d']Aubigné et plusieurs écrivains de leur temps ont malfaicteur.
   Du latin: malefactorem.

   MALGRACIEUX. Bourru, désagréable, incivil. Littéralement, qui a mauvaise grâce.
   L'Académie le donne, mais en faisant remarquer qu'il est vieux. Il reste jeune en Acadie.
   Gracieux s'est dit des hommes aussi bien que des femmes: «C'estoit le plus doux et gratieux gentil-homme qu'il estoit possible de voir». (BRANTÔME, Discours sur les duels); «Monsieur votre père, le plus malgracieux des hommes». (MOLIÈRE, L'Avare); «Il était moins malgracieux le samedi, parce qu'il avait fait sa besogne». (SAND, François le Champi).
   Ailleurs, George Sand l'écrit en deux mots, et lui donne le même sens que Brantôme: «Il était cependant ni




Source : POIRIER, Pascal. Le Glossaire acadien, édition critique établie par Pierre M. Gérin, Moncton, Éditions d'Acadie; Moncton, Centre d'études acadiennes, 1993, 500 p.