page



MATELAS
- 298 -
MÉDECINER

Bourbon») parle de «bouffons et matassuis». Aux chercheurs de trouver.

   MATELAS. Plante sauvage à grosse tête qui croît dans les terres basses.

   MÂTER. Garnir un vaisseau de ses mâts, au Dictionnaire de l'Académie. Ce terme maritime, comme bien d'autres, a été débarqué en terre acadienne où il trouve différents emplois. Ainsi nous disons qu'un cheval se mâte quand il se dresse sur ses pattes de derrière, qu'il se cabre. Nous mâtons une échelle en l'élevant (la mâtant) contre un mur; un ours se mâte lorsqu'il se dresse pour attaquer.
   L'expression est bien connue en Bretagne et sur les bords occidentaux de la France. Certains écrivains modernes se hasardent même à l'employer: «Le terre-neuve, mâté sur ses pieds de derrière». (FEUILLET).

   MAUDIT. Terme, sorte de jurement, dont il se fait une grande consommation chez les Canadiens: C'est bien maudit!; Maudit de maudit!
   Ce sens particulier se retrouve aujourd'hui en France. Ainsi, l'on entend en Anjou: Il est maudit pour se battre. L'on dit la même chose au Canada et on le disait, également, chez les aïeux de France. Cette expression n'est guère en usage chez les Acadiens.

   MAUVAIS (Le). S'entend pour le démon: Il est possédé du mauvais.

   MAUVAISEMENT. Méchamment: Il ne l'a pas fait mauvaisement; Il s'est cassé le bras mauvaisement (mauvaise fracture); «Il vous picquera et vous mordera mauvaisement». (FRANÇOIS DE SALES).

   MAUVAISETÉ. Méchanceté. Sub-[stantif] formé sur mauvais: «Je ris, j'organise, je danse, / De toutes malvaiseties m'apense». (Roman du
second Renart); «Ils rompirent par leur maivaisetie le conclave où les cardinaux étaient». (FROISSART); «Là, en public, on manifeste et dict / La mauvaiseté de ce monde maudict». (MAROT); «Je ne les soutiendrai en nulles de lour mauvaiseties». (JOINVILLE).
   Je relève le mot dans Commynes, dans La Tour, dans la Chirurgie de Mondeville, dans [Elie ou Vie de] S[aint]-Gilles, dans d'Aubigné et dans plusieurs autres anciens auteurs. On l'entend encore dans le centre de la France.

   MÈCHE. Terme vulgaire: en avoir pour une mèche, pour longtemps; Les oiseaux sont une mèche en l'air, sont à une grande hauteur.

   MÉCREDI ou MÉQUERDI. Mercredi. C'est du normand contemporain et aussi de l'ancien français: «La plus commune opinion et le meilleur usage est non seulement de prononcer, mais d'écrire mécredi, sans r». (VAUGELAS, Remarques sur la langue françoise, XVIIe siècle).
   On trouve mère-credi dans la vieille langue.

   MÉDALLE. Médaille. -Aille et -alle se substituent souvent l'un à l'autre. C'est ainsi que l'on disait métail pour métal, autrefois. Médalle est dans Cotgrave.
   Cette forme du mot persiste encore dans le parler dialectal du centre de la France.

   MÉDECINAL. Médicinal. Médecinal est formé régulièrement sur médecin.

   MÉDECINE. Se dit pour toute sorte de médicament: Je ne me sens pas bien; il faut que je prenne de la médecine.

   MÉDECINER. Médicamenter. Je crois que ce mot a, chez nous, un sens plus étendu qu'il n'a à l'Académie: on




Source : POIRIER, Pascal. Le Glossaire acadien, édition critique établie par Pierre M. Gérin, Moncton, Éditions d'Acadie; Moncton, Centre d'études acadiennes, 1993, 500 p.