page



NUMÉRATION
- 324 -
NUNNE PART

a donné doux en français, tout d'abord; le féminin duas (en latin populaire doas) a donné does. Does appartient à la très ancienne langue française. Vers la fin du XIIIe siècle, il disparut pour faire place au masculin doux, lequel est devenu deux au XVe siècle.
   Pour plusieurs parmi les anciens de l'Acadie, la numération se faisait par vingt au lieu de dix comme aujourd'hui. On disait septante, octante, nonante pour soixante et dix,
quatre-vingt, quatre-vingt-dix. Cette manière de compter nous vient des Celtes, antiques habitants de la Gaule.

   NUNNE PART. Nulle part. C'est n se substituant à l. Cette substitution de n à l se rencontre en dehors de l'Acadie. J'ai entendu nunne part au Canada. On doit l'entendre également en France, car c'est de là que la locution nous vient.




Source : POIRIER, Pascal. Le Glossaire acadien, édition critique établie par Pierre M. Gérin, Moncton, Éditions d'Acadie; Moncton, Centre d'études acadiennes, 1993, 500 p.