page



PLAINDRE
- 356 -
PLAÎT-IL?

(VILLEHARDOUIN); «Tout est destruit en plain et en costière», dans la plaine et sur les côtes. (DESCHAMPS, vol. V, p. 67); «Et s'en vinrent loger à Nave, sur les beaux plains de ces beaux prés». (FROISSART); «Combattre au plain», dans la plaine (Idem); «C'est assavoir s'ils estoient (les bourgs) en plains ou montées». (BRANTÔME).
   On trouve le mot dans Marot et dans plusieurs autres auteurs de son temps et antérieurement.

   PLAINDRE. Nous employons ce verbe activement dans cette phrase: Qu'est-ce qu'il plaint?, pour: De quoi souffre-t-il?, De quoi se plaint-il?: «Mult plaint le cor, mult plaint li chief», le corps, la tête lui font très mal.

   PLAINE. Subst. fém. Platane rouge, acer rubrum; en anglais, soft maple. La plaine blanche, le white maple, est la A. lasycorpum des savants.

   PLAINT. Plainte, gémissement: Le malade a fait entendre un plaint; Il me semble avoir entendu un plaint. On trouve plain, plaint, plainct, plainte, plante dans l'ancienne langue: «Et après a jeté un plaint». (Roman de Renart); «Mais ne peut estanchier son plaint». (Roman de la Rose); «Jetant de foys a aultre de si grands plains que merveilles». (ARRAS, [Roman de] Mélusine); «Ton fils et tes plus proches / Consoleront tes plains de ris et de reproches». ([D']AUBIGNÉ, [Les Tragiques], «Misères»); «Trop mieux vaudrait me taire que parler, / Car profiter ne me peuvent mes plains». (ORLÉANS, [Rondeaux et autres poésies], Ballade); «Mes plaincts et mes clameurs». (MARGUERITE [DE NAVARRE], [L']Hept[améron], XIII); «Si ton oreille encore se récrée / D'ouïr les plaints des amoureuses voix». (RONSARD, Amours); «En joie sont tournez ses plains». (CHRISTINE DE PISAN, [Oeuvres poétiques], «Chemin de longue estude»);
«Cessez, mes vers, cessez ici vos plaintes». (MAROT); «Pour mieux celler ses pleurs et ses plains». (La Fille du comte de Pontieu); «Mais tous ces complaints et murmures». (Pantagruel); «En plains, en cris et en pleurs». (FROISSART).
   Les «honnêtes gens» employaient encore ce mot au XVIIe siècle. Malherbe le fit rejeter. Du latin planctus.

   PLAIRIE. Prairie. Une plairie est un pré où le foin croît naturellement, à l'état sauvage, sans culture. La différence entre un pré, une prée en Acadie, et une plairie, c'est que l'herbe de celle-ci croît dans du terrain bas, en pleine forêt, tandis qu'une prée est située le long des rivières ou des rivages de la mer et est recouverte par les eaux des grandes marées. Prairie est devenue plairie par le changement de r en l, changement assez fréquent dans la langue.
   On dit praisie ou prasie en Berri.

   PLAISE. Plie, poisson plat, de grandeur moyenne; pléis, en vieux français et aussi platuse. Les Angevins l'appellent plice. Plice, c'est pléis, l[e] s sonnant. Plaise est une variante différence de pléis.
   Plaise est dans N. Denys: «La plaise ou plie de mer».
   Lescarbot a plie. On trouve, dans la liste des poissons d'eau douce de Polemius Silvius, pelica. Est-ce notre plaise? Du Cange l'appelle platasia et aussi plays. Pour d'autres, le nom latin plaise est platessa.

   PLAISIR (Au). Sous-entendu, de se revoir. Exquise formule d'adieu ou plutôt de séparation.

   PLAÎT-IL? (Prononcé plaît-ti). Forme respectueuse d'interrogation mise pour s'il vous plaît.
   Nous avons d'autres formes d'interrogation: ? lorsque nous nous adressons à de plus âgés; hein? pour ceux que l'on tutoie; quoi? pour tout le monde.




Source : POIRIER, Pascal. Le Glossaire acadien, édition critique établie par Pierre M. Gérin, Moncton, Éditions d'Acadie; Moncton, Centre d'études acadiennes, 1993, 500 p.