page



PLAQUER
- 358 -
PLÈNE

trouve dans les régions du nord au Canada. Il y en a, ou il y en avait, aux Îles-Madeleine. C'est, je crois, le baked-apple des Anglais.

   PLAQUER. Ceux qui s'aventurent en pleine forêt, dans les larges, plaquent les arbres de distance en distance, pour marquer la route à suivre au retour. Cette opération consiste en une légère entaille ou l'enlèvement de l'écorce des arbres, pratiquée de manière à indiquer la direction à suivre.
   Les lignes de division, entre deux terres boisées qui se touchent, se marquent avec des arbres plaqués, blaised en anglais.
   Se dit aussi d'une personne gourmée, d'une jeune fille par exemple qui garde un air précieux et pincé: Voyez comme elle est plaquée!; Elle se tient plaquée sur sa chaise.
   Un habit portant de grosses taches est plaqué: Son capot est tout plaqué de vase.
   Mot d'origine germanique.

   PLAT. Dans plat, adjectif, le t sonne: un terrain plat. Dans plat, substantif, il est muet: Enlevez les plats; C'est un beau plat.

   PLATAIN. Terrain bas et uni, propre surtout à la culture du foin.
   Ce mot est de la même origine que plataine et plateau.

   PLATIER. Le ti se mouille à la manière acadienne. Fond de sable s'élevant presque à la surface de l'eau. Nous avons les basses et les platiers: «Nonobstant qu'il semble y avoir plusieurs hables (havres), n'y a que basses et plateis». (Voyage de Jacques Cartier, par Lescarbot). Plateis appartient à la vieille langue. C'est le même mot que platier.
   Voici ce que m'écrit à ce sujet M. Hect[or] Carbonneau des Îles-Madeleine: «Platier, plaines de sable que la mer, en se retirant, laisse à découvert, et où l'on pêche quelquefois les coques. Les pionniers de l'Acadie
leur donnaient le nom de platin. Le mot platier a prévalu».

   PLATIN. Baissière, terrain bas inondé au printemps par les dégels, et où croît une herbe sauvage d'un excellent fourrage. Le mot est en usage chez les terriens. Les pêcheurs diront plutôt platier (voir ce mot): «Les coquillages ne manquent jamais dans les platins». (DENYS); «Platin. Banc de sable dont la surface effleure la mer». (LA CURNE [DE SAINTE-PALAYE]); «Les galères passèrent facilement sur les battures et platins». ([D']AUBIGNÉ. Histoire [universelle depuis 1550 jusqu'en 1601]).

   PLÂTRER. Au figuré, flatter par des paroles mielleuses: «Il les amadoua, les contenta et les plastra si bien qu'ils ne l'abandonnèrent jamais». (BRANTÔME, [Vies des hommes illustres et des grands capitaines], «De Chastillon»).
   L'Académie donne au mot un sens péjoratif qu'il n'a pas tout à fait en Acadie: «Aussi ne vois-je rien qui soit plus odieux, / Que les dehors plâtrés d'un zèle spécieux». (MOLIÈRE, Tartuffe, 1-6); «Ses bons mots ont besoin de farine et de plâtre». (BOILEAU).

   PLÂTREUX. Au figuré: adulateur, flatteur, enjôleur. Ce sens est donné à ce mot par plusieurs écrivains du XVIe siècle, notamment par Brantôme.
   Au propre: plâtrier.

   PLÉ. J'ai entendu dire un plé pour un pré.

   PLEIN. Se dit pour ivre: Il est plein; Il est plein comme un oeuf.
   Nous disons: Il est tombé à plein ventre pour à plat ventre.
   La locution à plein signifie beaucoup, une grande quantité: Il m'en a donné à plein.

   PLÈNE ou PLAINE. Sorte de rabot. En Anglais plane, prononcé pléene. Les Anglais ont dû prendre le




Source : POIRIER, Pascal. Le Glossaire acadien, édition critique établie par Pierre M. Gérin, Moncton, Éditions d'Acadie; Moncton, Centre d'études acadiennes, 1993, 500 p.