page



RAISE
- 383 -
RAMÂCHER

le rainseroit autre part». (Rapporté par La Curne [de Sainte-Palaye]). On dit en Anjou: donner une rainse.
   En Bourgogne, un rain de fagots, un rain de balai, c'est une branche de fagot, de balai. C'est apparemment avec ces rains-là que les rainsées se donnent.
   Le mot est d'origine tudesque ou celtique.

   RAISE. Rayure, raie, marque faite avec un clou ou autre objet dur. Aussi, marque faite avec un crayon ou une plume: une raise de crayon sur une ardoise; Il a fait une raise sur la vitre avec son diamant.

   RAISER. Formé sur le substantif raise; rayer, régler: raiser une vitre avec le chaton d'une bague; raiser du bois avec la pointe d'un couteau.
   Le mot s'emploie en Anjou pour rigole.

   RAISONNER. Faire entendre raison: raisonner quelqu'un; se raisonner soi-même.
   Aussi, se trouver des raisons: Avant de parler, il s'était bien raisonné. On disait arraisonner dans la vieille langue: «Amours de rechief l'araisonne». (Roman de la Rose, 11 084); «Le leus a le chien regardé, / Et puis si l'a araisonné: / Frère, dit-il...» (MARIE DE FRANCE, Du Leu et du Kien).
   Le mot est à l'Académie, mais pas tout à fait avec le sens que nous lui donnons.

   RAISONS. Arguments, répliques, justifications: Il donne des raisons quand on le réprimande; «C'est là qu'elle allait souvent pour dire ses raisons au bon Dieu». (SAND, [François le] Champi). Par raisons, je crois qu'il faut entendre ici ce qu'elle avait sur le coeur.

   RAJEUNEZIR. Rajeunir. Nous disons aussi rajeunir. Rajeunezir est plutôt provençal.

   RAJOUTER. Ajouter de nouveau.
   RALINGUE. Comme à l'Académie. Aussi corde qui borde un filet et qui porte les flottes de liège. Au propre, dans la bouche des marins, être à la ralingue, c'est trembler au vent. Au figuré, chez les terriens, c'est être à bout de ressources: Il n'a plus que la ralingue, que la peau et les os.
   On entend par battre la ralingue, en France maritime, devenir fou.
   M. Hector Carbonneau m'écrit qu'aux Îles-Madeleine, la ralingue est «cette partie grasse du flétan comprise entre les ouïes et l'abdomen, et qui est très recherchée des gourmets. Aussi appelée blanc de flétan».

   RALINGUER. Comme à l'Académie; aussi faire courir un cordage, une ralingue autour d'une voile. Nous ralinguons aussi un filet de la même manière.

   RALLER. Aller de nouveau: «Il vouloit visiter sa téere et ses amis, et raler en son pays». (La Fille du comte de Pontieu).

   RALLONGE. Se dit non seulement de la rallonge d'une table, d'une robe, comme en France, mais d'une annexe a un bâtiment, d'un rallongement: J'ai fait une rallonge à ma grange.

   RALU. Robuste, bien musclé: C'est un garçon ralu.
   Ce mot appartient à la vieille langue où il se disait surtout pour gai, jovial.

   RAMÂCHAILLES ou RAMANCHAILLES. Répétition d'insanités.

   RAMÂCHER. Parler confusément: Qu'est-ce qu'il ramâche là?; Je ne comprends pas ce qu'il ramâche; «Je ramaschais tantost ce beau mot». (MONTAIGNE); «Elle songea à son malheur... et ramâcha longuement toutes les peines que cette amitié... avait tendues en suspens». (SAND, [François le] Champi).




Source : POIRIER, Pascal. Le Glossaire acadien, édition critique établie par Pierre M. Gérin, Moncton, Éditions d'Acadie; Moncton, Centre d'études acadiennes, 1993, 500 p.