page



RAMANCHER
- 384 -
RANTER

   RAMANCHER. Mettre un nouveau manche, réparer. Le mot est dans Cotgrave.

   RAMANCHEUX. Celui qui ramanche, qui répare (voir rebouteux).

   RAMANDER. Mendier, quémander avec insistance.
   Pourrait se rapprocher de amander qui, dans l'ancienne langue, se disait pour baisser le prix: «M. de Malherbe leur demanda s'il fallait amander le pain et le vin». (RACAN, I, p. 261).
   Le mot est dans [Le Livre des] 100 ballades.

   RAMANDEUX. Solliciteur importun; qui quémande avec insistance.

   RAMARRER. Amarrer de nouveau.

   RAMASSER. Amasser, cueillir, récolter: ramasser des fraises, des patates, du foin; Je n'ai pas ramassé beaucoup de blé cet automne; ramasser de l'argent.
   La Fontaine a ramasser pour amasser.
Le mot s'emploie absolument: Il ramasse pour il thésaurise.
   Corneille (Nicomède) qui avait dit dans le même sens: «Par mon propre bras elle amassait pour ceci», a été réprimandé par Voltaire.

   RAMASSERIES. Ce que les Canadiens appellent rapaillages.

   RAMASSETTE. Partie d'un javelier qui ramasse le grain, avant de l'étendre, pour le mettre en gerbes.

   RAMASSEUSE. Machine à ramasser le foin et à le mettre en rantennots. Ce mot est de formation récente.

   RAMBRISSER. Lambrisser.

   RAMÉE. Terme de pêche. Se dit lorsqu'un pêcheur à la ligne tire à la fois plus d'un poisson: J'ai fait une
ramée de deux maquereaux; La belle ramée de truites.
   Avec ce sens numéral, ramée peut aider à résoudre la controverse étymologique soulevée entre les savants au sujet du radical de ce mot et de rame, et semble donner raison à Muratori et à Diez, qui rattachent rame au grec ariômos, nombre.

   RANCE ou RANSE. Sorte de levier.
   En vieux français, une ranche était une pièce de bois qui se mettait sur le devant ou sur le derrière d'une charrette: «Le suppliant frappe icellui Perrinot d'un baston ou ranche de charrette». (Rapporté par La Curne [de Sainte-Palaye]). Ailleurs, il parle d'une ranche ou levier de charrette.

   RANCUNEUX. Rancunier: «Estre ne peult que, après grands guerres, le record rancuneux n'en demeure aux terres blessées». (BOUCIG, 11, 12).
   À propos du sonnet de «La Belle Matineuse» [Voiture], il y eut une vive querelle au XVIIIe siècle au sujet de matineux et matinier. Rancuneux et rancunier appartiennent à la même catégorie de vocables.

   RANG. Terme canadien équivalent au mot concession en Acadie. Les terrains octroyés aux colons par la Couronne sont répartis en concessions ou en rangs.

   RANTE. Rangée de foin ou de grain fauché.
   Deux ou plusieurs andains ou ados, ramassés ensemble au râteau, constituent une rante. Avec ces rantes, un homme, une fourche à la main, fait des mulerons, lesquels sont chargés sur les voitures.
   Les Berrichons disent rande et les Canadiens, rondin: «La rente que l'on dit les andais, à crois et à descrois». (Rapporté par Godefroy au mot andain).

   RANTER. Mettre en rantes.




Source : POIRIER, Pascal. Le Glossaire acadien, édition critique établie par Pierre M. Gérin, Moncton, Éditions d'Acadie; Moncton, Centre d'études acadiennes, 1993, 500 p.