page



RECONSOLER
- 389 -
RÈGNE

   RECONSOLER. Consoler.

   RECOPIÉ. Tout à fait ressemblant: C'est son portrait tout recopié. L'expression est plutôt canadienne.

   RECUEIL. Accueil: Faire bon recueil à quelqu'un. On trouve le mot avec ce sens dans [Le Livre des] 100 ballades: «Na ja de lui n'avez recueil / Amoureux, neu lieu, ne sa place».

   RECULONS (De). Nous disons: marcher de reculons, pour à reculons.

   REDÉVIRER. Virer une troisième fois: Tu vireras à gauche d'abord, ensuite tu revireras à droite, puis tu redévireras pour t'en revenir (voir revirer).

   REDIRE. S'emploie aussi dans le sens de regretter, de manquer: Depuis que sa femme est morte il trouve bien à redire; Son commis est parti, il le trouve bien à redire.

   REDOUBLE. Subst. masc. Double: Ça m'a coûté le redouble de ce que je pensais. On trouve redouble, redoublement, redoublure en vieux français pour doublure.

   RÉDUIT. Contraint, être dans la nécessité de faire une chose: Comme je ne suis pas réduit, je ne vous vendrai pas ma terre; Il l'a suivi, il était réduit.

   RÉFECTION. Manger à sa réfection, c'est manger à son appétit, à son soûl, comme l'on dit vulgairement. Molière (Prologue de La Princesse d'Élide) dit: «Lorsqu'on ne dort pas sa réfection, il arrive que...». Les communautés religieuses ont le réfectoire, lieu ou l'on réfectionne.

   REFEURDIR. Métathèse de refroidir, ou plutôt de refredir: «Et par ces prez les laissez refreidir». ([Chanson de] Roland, v. 2486); «Pour ung an, deux ans ou plus, tant qu'ilz refredissent leur jeunesse». (Les Quinze Joyes de mariage).
   REFOUL. Ressac, mascaret. Se dit de la marée qui remonte une rivière en refoulant le courant. Le refoul (the bore en anglais) dans la baie de Fundy, entre le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse, fait monter l'eau jusqu'à quarante pieds.
   En vieux français, refoul s'est dit de la décharge d'un lac et aussi d'une vanne de moulin.
   On l'appelle barre à Paris et en Normandie. «Les premières lames que la marée montante pousse impétueusement devant elle». (Dict[ionnaire] de l'Académie). Refouler la marée se dit en langage officiel.

   REFOULER. Repousser de vive force: «Refouler, c'est forcer la marée, ou refouler les courants d'une rivière». (LA HONTAN).
   Du drap, de la toile qui refoule, c'est du drap ou de la toile qui se contracte, qui se rétrécit.
   Nous disons: se refouler le pied, le poignet pour se donner une entorse, une luxation.

   REFUS. L'on accepte souvent une invitation en disant: ce n'est pas de refus. Le Dictionnaire autorise cette manière de dire: «Seigneur, je voi que, si je descent de ceste nef, que elle sera de refus», c.-à-d., qu'on n'en voudra plus. (JOINVILLE).

   REGARDABLE. Elle est laide qu'elle n'en est pas regardable. Ou encore: Ce n'est pas regardable, c.-à-d., c'est trop laid, trop vilain pour être regardé.

   REGARDER. Nous disons: Ça regarde mal; de l'anglais: It looks bad.
   Ils disent en Anjou: Il regarde noir, il a un mauvais regard.

   RÈGNE. Ce mot prend chez nous une extension plus grande encore qu'il n'a à l'Académie. Nous disons: Il a fini son règne pour il n'est plus de service, il est mort; Il a fait un beau règne, il a duré bien longtemps; Cet habit a fait son règne, est usé.




Source : POIRIER, Pascal. Le Glossaire acadien, édition critique établie par Pierre M. Gérin, Moncton, Éditions d'Acadie; Moncton, Centre d'études acadiennes, 1993, 500 p.