page



RÉGNER
- 390 -
REHALER

   Louis Hémon (Maria Chapdelaine) donne à ce mot plusieurs acceptions qu'il garde en Acadie: «De tout mon règne (de toute ma vie), j'aurai du regret...»; «Avec du monde qui ne parle que l'anglais, j'aurais été malheureux tout mon règne».

   RÉGNER. Le mot comporte ici toutes les acceptions qu'il reçoit à l'Académie, avec quelques autres en plus: Les fièvres règnent dans le village; L'orignal règne dans les bois du Nouveau-Brunswick.
   Nous disons avec Brantôme: «En Italie règne encore ce mot»; et avec Ronsard: «... Le feu victorieux, / Règne au sommet des chesnes les plus vieux». Et aussi avec l'auteur des Quinze Joyes de mariage: «C'est fortune qui lui court sus et qui règne contre lui». Dans ces vers de Phèdre, (Fable du loup et du lapin): «Regnare nolo, liber ut non sim mihi», je ne veux pas régner, c'est-à-dire, vivre où je ne suis pas libre de ma personne. Le mot regnare s'entend exactement comme en Acadie. Nous disons: Il y a soixante ans que je règne, c.-à-d., que je vis.
   REGRICHE-POIL (À). À rebrousse-poil.

   REGRICHER (Se). S'insurger, se rebeller, refuser d'obéir: Son chien s'est regriché sur lui. L'expression a cours au centre de la France. Gricher en Normandie, c'est être de mauvaise humeur. Avoir les cheveux regrichés, c'est par extension, n'être pas peigné, être hirsute.
   On trouve regriché pour hérissé dans l'ancienne langue: «Ses cheveux regrissez par la colère». ([D']AUBIGNÉ).
   Se hérisser, se regrisser et se regricher semblent sortis d'un même radical, hériss dont hérisson est le diminutif.

   REHALER. Avancer, gagner du terrain: Il était de l'errière, mais il s'est rehalé; Il a rehalé d'un demi-mille celui qui était devant lui; En passant en droiture, vous vous rehalerez beaucoup; Le vent rehale du côté du nord: tire, gagne du côté du nord.
   Le mot se trouve dans Cotgrave.




Source : POIRIER, Pascal. Le Glossaire acadien, édition critique établie par Pierre M. Gérin, Moncton, Éditions d'Acadie; Moncton, Centre d'études acadiennes, 1993, 500 p.