page



66 LE GRAND DÉRANGEMENT  
Toutes les autres dépenses resteront à la charge de la partie de première part (la compagnie de chemin de fer Dominion Atlantic)."

Les signatures apposées à ce contrat de vente sont, pour la Société L'Assomption, celles de David-V. Landry, président, et Alexandre-J. Doucet, secrétaire, et pour la compagnie du chemin de fer Dominion Atlantic, celle de George E. Graham, gérant général.

C'est grâce à l'amabilité de M. l'avocat Antoine-J. Léger et j'ai obtenu copie de ce précieux document.

Appendice "E"

LE MONUMENT D'ÉVANGÉLINE À LA GRAND-PRÉE.

L'idée d'ériger un MONUMENT à la Grand-Prée date déjà d'environ une quinzaine d'années, et même davantage.

À la page 236 de l'Album Souvenir des noces d'argent de la Société Saint-Jean-Baptiste du Collège Saint-Joseph, Memramcouk, N.-B., publié en 1894, il y a une gravure d'une femme tenant au-dessus de sa tête un médaillon de Longfellow. Au bas de cette gravure, reproduite de La Presse, de Montréal, on lit sous le titre: "Projet d'un MONUMENT à Longfellow", "Debout sur un tertre battu par les flots et figurant les fameux aboiteaux de la Nouvelle-Écosse, une jeune paysanne symbolisant l'Acadie, Évangéline elle-même, offre à l'admiration des siècles, aux hommages de la postérité, le médaillon de Longfellow, drapé aux couleurs américaines."

C'est M. Jean-Frédéric Herbin * de Wolfville, N.-É., qui voulut ériger ce MONUMENT à la mémoire de Longfellow pour avoir chanté les Acadiens et le bassin des Mines dans son poème Évangéline.

Si nous avons le Parc commémoratif de la Grand-Prée, cela est dû, en grande partie, à M. Herbin, comme le prouve la lettre


(*) M. Herbin se dit Acadien, sa mère étant une demoiselle Robichaud, native de Meteghan, et soeur de l'honorable M. Robichaud, conseiller législatif à Halifax; son père est originaire de Cambrai, France. Comme son père, il est orfèvre de son métier, mais, de plus, c'est un poète et un littérateur estimé. Il est l'auteur de plusieurs publications, entre autres: The History of Grand-Pré, The Marshland (en vers) etc. Son histoire de la Grand-Prée est rendue à sa quatrième édition et une cinquième est en préparation.




Source : GAUDET, Placide. Le Grand Dérangement : Sur qui retombe la responsabilité de l'Expulsion des Acadiens, Ottawa, Ottawa Printing, 1922, 84 p.