page



6 LE GRAND DÉRANGEMENT  
dant, comme on va le voir, BOSCAWEN a eu beaucoup à faire avec le drame de 1755, et s'il faut en croire un marchand d'Halifax nommé Joseph Gray, il en aurait pris toute la responsabilité.

Je ne connais pas la teneur de la lettre de sir Thomas Robinson, du 16 avril 1755, à BOSCAWEN, qui fut confiée à un messager du roi pour être remise à BOSCAWEN, lettre qui accompagnait les instructions secrètes du roi. Un Nota Bene de Joseph Gray jette ici un rayon de lumière; il se lit comme suit: "Je ne suis pas certain que l'amiral BOSCAWEN fut là (Halifax) en cette année (1755), mais je crois que ce fut lui qui détermina le Conseil à adopter la mesure de déporter les Neutres (c'est ainsi qu'on nommait les Acadiens) hors de la province, assumant personnellement la responsabilité de tout blâme pour cette action de la part des autorités." 6

Comme Joseph Gray, qui fut un des principaux marchands et aussi un des juges de paix à Halifax, semble, après les événements qu'il relate, avoir résidé à Halifax depuis au moins 1754, rien d'étonnant qu'un membre du Conseil lui eut appris la chose. C'est entre les années 1787 et 1795 qu'il écrivit, à la demande du Dr. Andrew Brown, son Histoire d'Acadie 7.

C'est le même Gray qui hérita du territoire qui forme aujourd'hui la ville de Moncton. Les vieillards m'ont raconté qu'il était le gendre du lieutenant-gouverneur Micheal Franklin, qui avait acheté la concession de ces terres du concessionnaire.

CHAPITRE TROISIÈME

BOSCAWEN approuve la déportation.

Le 20 avril 1755, l'escadre anglaise, sous le commandement du vice-amiral BOSCAWEN, faisait voile de Plymouth (Angleterre) et le 9 juillet suivant elle entrait dans le havre d'Halifax, où deux jourd plus le contre-amiral Savage Mostyn le rejoignait.

Le 16 avril 1755, sir Thomas Robinson, secrétaire d'État, écrivait à tous les gouverneurs britanniques, ainsi qu'aux commandants en chef dans l'Amérique du Nord, une lettre circulaire par laquelle il leur mandait que Sa Majesté envoyait une escadre en Amérique sous le commandement du vice-amiral BOSCAWEN, et qu'il leur fallait s'aboucher avec lui pour la défense de leur province respective. 8


(6) Brown Collection - British Museum.
(7) Brown Collection - British Museum.
(8) N. Scotia A., Vol. 57, fol. 111.




Source : GAUDET, Placide. Le Grand Dérangement : Sur qui retombe la responsabilité de l'Expulsion des Acadiens, Ottawa, Ottawa Printing, 1922, 84 p.