page



  LE GRAND DÉRANGEMENT 7
À peine BOSCAWEN et Mostyn étaient-il arrivés dans le havre d'Halifax que Lawrence invite à assister aux séances du Conseil, comme en fait foi la pièce suivante: "À la séance du Conseil tenue à la maison du gouverneur à Halifax, le lundi 14 juillet 1755, le lieutenant-gouverneur informe le Conseil qu'il a reçu instruction de Sa Majesté de consulter le commandant en chef de la province, et qu'il a l'intention d'envoyer la lettre suivante au vice-amiral BOSCAWEN et au contre-amiral Mostyn:

"Monsieur,

Le Conseil de Sa Majesté étant convoqué pour se réunir à ma maison demain, à onze heures de la matinée, pour prendre en considération les meilleurs moyens de protéger la province contre toute tentative qui nous pourrait venir du Canada oue de Louisbourg en cas de rupture ou de toutes autres mesures violentes auxquelles les Français peuvent recourir en représailles de l'échec qu'ils ont dernièrement reçu relativement à leur empiètement.

Je dois vous informer que c'est le plaisir de Sa Majesté et de son Conseil de cette province que je sollicite l'honneur de votre présence à nos délibérations."

Signé: CHAS. LAWRENCE

"Une lettre identique fut envoyée au contre-amiral Mostyn.

Le Conseil remercie ensuite Son Excellence et se montre très anxieux d'avoir l'avis des amiraux."

"CHAS. LAWRENCE" 9

"JNO. DUPORT,

Secrétaire du Conseil."

Au procès-verbal de la séance du 25 juillet 1755, on lit: "Sont aussi présents par invitation du lieutenant-gouverneur l'honorable vice-amiral BOSCAWEN et l'honorable contre-amiral Mostyn.

Le lieutenant-gouverneur soumet aux amiraux les dernier procédés du Conseil relatifs aux habitants français, et il demande aux amiraux de leur donner leur opinion et leur avis à ce sujet.

Les deux amiraux approuvent les dits procédés et expriment, comme leur opinion, que c'est le temps le plus opportun d'obliger les dits habitants à prêter le serment d'allégeance à Sa Majesté ou de quitter le pays." 10


(9) Nova Scotia - B., Vol. 8, fol. 188.
(10) Ibid., fol. 190.




Source : GAUDET, Placide. Le Grand Dérangement : Sur qui retombe la responsabilité de l'Expulsion des Acadiens, Ottawa, Ottawa Printing, 1922, 84 p.