page



  LE GRAND DÉRANGEMENT 37
çais de Beauséjour, de la baie Verte et de la rivière St-Jean ne soient détruits, que les Sauvages ne soient chassés de leurs lieux de résidence et que les Français ne soient obligés de se réfugier sur les îles improductives du Cap Breton et de St-Jean et au Canada." 48

CHAPITRE DOUZIÈME.

Diverses interprétations données à la lettre de sir Thomas ROBINSON, du 13 août 1755.

Cette longue parenthèse ouverte et fermée, revenons à la dépêche de sir Thomas ROBINSON, du 13 août 1755. Vu que les écrivains interprètent différemment cette dépêche, les uns prétendant qu'elle défend à Lawrence d'expulser les Acadiens qui habitent la péninsule, et les autres disant qu'elle signifie tout le contraire, pour régler la question Monsieur le docteur A.G. Doughty, C.M.G., Archiviste du Dominion, s'est adressé à deux éminents juristes dont la compétence en la matière est incontestable, pour en donner leur interprétation. Ce sont MM. les avocats J.S. EWART, d'Ottawa, et Eugène Lafleur, de Montréal. Ci-suit les lettres qu'ils envoyèrent à M. Doughty, savoir:

"400 rue Wilbrod, Ottawa, le 8 mai 1920.

Cher Dr Doughty,

Vous m'avez envoyé une lettre du gouverneur du 28 juin 1755 et la réponse de sir Thomas ROBINSON du 13 août 1755, et vous me soumettez les deux questions suivantes, savoir:

'Premièrement: - La lettre de sir Thomas ROBINSON était-elle une autorité suffisante pour l'expulsion, qui à cette date était bien avancée?

Deuxièmement: Peut-on tirer de cette lettre la conclusion que le gouvernement britannique était en faveur de la déportation?'

Dans la lettre du gouverneur je ne trouve aucune référence relative à l'expulsion d'aucuns des habitants français, excepté de ceux du district de Beauséjour. Je crois que sa référence ne se rapporte pas seulement à ceux qui étaient à l'intérieur du fort, mais qu'elle comprend ceux du voisinage. Les Acadiens qui devaient bénéficier du pardon, d'après les termes de la capitulation,


(48) Nova Scotia A., vol. 56, fol. 76.




Source : GAUDET, Placide. Le Grand Dérangement : Sur qui retombe la responsabilité de l'Expulsion des Acadiens, Ottawa, Ottawa Printing, 1922, 84 p.