page



60 LE GRAND DÉRANGEMENT  
on conserverait par là des terres aux environs de cette place qui sont défrichées et qui sont d'autant plus précieuses qu'indépendamment du fait que les terres propres à être cultivées sont rares dans cette partie de l'Amérique, celles-ci serviraient à l'établissement des Français qui quitteraient l'intérieur de la péninsule; et que pour conserver ces habitants il est d'une extrême importance de leur procurer des terres à proximité." 1

Le 9 mai 1755, M. de Rouillé, alors ministre des Affaires étrangères, expédia deux mémoires au marquis de MIREPOIX, AMBASSADEUR de LOUIS XV, à LONDRES, et le 15 du même mois, le second de ces mémoires, contenant les nouvelles conditions françaises pour un accord sur la question des limites de l'Acadie, fut remis à Lord Grenville, un des titulaires du département des Affaires étrangères anglais. Parmi ces conditions se trouve celle qui donne aux Acadiens qui habitent l'Acadie anglaise, c'est-à-dire la péninsule, la faculté de se retirer sur le territoire français, savoir sur le territoire qui forme aujourd'hui la province du Nouveau-Brunswick.

Le gouvernement britannique attendit plus de trois semaines avant de donner une réponse officielle; elle fut négative. Ce fut le secrétaire d'État, le chevalier Thomas Robinson, qui répondit au nom du roi le 7 juin 1755, comme suit: "À l'égard de la proposition d'accorder l'espace de trois ans à tous les Français qui habitent la péninsule pour s'en retirer avec leurs effets, ce serait priver la Grande-Bretagne d'un nombre très considérable de sujets utiles, si une pareille transmigration devait s'étendre aux Français qui y étaient établis au temps du traité d'Utrecht et à leurs descendants.

Par le 15e article de ce traité, ces habitants ont eu à la vérité la liberté de se retirer ailleurs dans l'espace d'une année avec tous les effets mobiliers, mais ce temps étant expiré depuis quarante ans, il n'y a pas la moindre raison pour qu'un pareil droit subsiste à présent et il faut supposer que ceux qui ont voulu y rester sous la domination de la Grande-Bretagne, aussi bien que leurs descendants nés dans le pays, ne quitteraient leurs établissements qu'avec beaucoup de regret, même s'il était possible que le Roi de la Grande-Bretagne put consentir à une proposition si désavantageuse." 2

La Cour de France, dans sa réponse à celle de LONDRES, dit: "Le premier système des Commissaires anglais étend les anciennes bornes de l'Acadie jusqu'à la rive droite du fleuve Saint-Laurent et jusque vis-à-vis de Québec et au-dessus. C'est l'impossibilité


(1) Archives Publiques du Canada. Série F, vol. 113-E, pp. 11-14.
(2) Archives Publiques du Canada. Série F, vol. 113-E, p. 116.




Source : GAUDET, Placide. Le Grand Dérangement : Sur qui retombe la responsabilité de l'Expulsion des Acadiens, Ottawa, Ottawa Printing, 1922, 84 p.