page



62 LE GRAND DÉRANGEMENT  
territoire à la France, tient à la première par la nécessité d'avoir un terrain où l'on puisse placer les familles sorties du territoire anglais; familles qui sont déjà en assez grand nombre et qui le seront encore davantage après la décision des limites. Cette restriction est aussi fondée sur la sûreté bien plus précieuse et plus nécessaire à la France que n'est à l'Angleterre celle de la Nouvelle-Angleterre, où (quelle que soit l'étendue qu'on veuille lui donner) il n'y a jamais eu et il n'y a pas encore un seul Anglais cultivateur, et dont le commerce n'a encore jamais rien produit et produira très peu, malgré ce qu'avancent tant d'écrivains anglais; c'est de quoi le ministère anglais ne paraît pas suffisamment instruit, puisqu'il met un si haut prix à l'extension de cette Nouvelle-Écosse sur le continent, extension qui ne produirait d'autre avantage que de rendre la possession du Canada précaire, extension demandée sans aucun droit et à laquelle par conséquent la France ne peut consentir. 3

Appendice "C"

L'ACHAT DU TERRAIN DE L'ÉGLISE DE LA GRAND-PRÉE.

Il y eut quatre ans le 21 mars 1921 [le 21 mars 1917], une assemblée d'Acadiens avait lieu au Monument Lefebvre, à St-Joseph, N.-B. Elle avait pour but d'entendre les propositions que les délégués de la compagnie du chemin de fer Dominion Atlantic venaient leur faire. C'était à propos de l'achat du terrain, là où fut l'église St-Charles de la Grand-Prée, que cette même compagnie venait d'acquérir et qu'elle voulait vendre aux Acadiens.

Le comité acadien constitué à cet effet se réunit le 23 du même mois à Moncton, dans la salle de la Société L'Assomption. Étaient présents: l'honorable sénateur Pascal Poirier, l'honorable David-V.- Landry, M. le Dr Fred-A. RICHARD, M. l'avocat Antoine-J. Léger et M. Alexandre-J. Doucet, secrétaire-trésorier de la Société L'Assomption. On procéda d'abord à l'élection d'un président, d'un trésorier et d'un secrétaire, qui furent respectivement comme suit: l'honorable Dr David-V. Landry, l'honorable sénateur Pascal Poirier et M. Alexandre-J. Doucet.

Le président du comité, l'honorable Dr D.-V. Landry, donna ensuite lecture des résolutions passées au Monument Lefebvre et on adopta une motion à l'effet d'ouvrir une souscription publique


(3) Archives Publiques du Canada, série F, vol. 113-E, pp. 84-88.




Source : GAUDET, Placide. Le Grand Dérangement : Sur qui retombe la responsabilité de l'Expulsion des Acadiens, Ottawa, Ottawa Printing, 1922, 84 p.